La chronique des arts et de la curiosité — 1921

Page: 65
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1921/0073
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 9. — 1921.

bureaux: io6, boulevard saint-germain (6e)

15 mai.

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS
Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an :

Paris et Départements : 30 fr. — Étranger : 35 fr.

Le Numéro : r franc

PROPOS DU JOUR

C’en est fait ! Le monument de la Défense
de Paris sera placé .au Carrousel, en
avant de l’Arc de Triomphe et face au
Gambetta. Ainsi les protestations ont
été inutiles, l’administration toute puissante a
« eu » son emplacement; ce que l’on a pu dire,
et depuis longtemps, contre ledit Gambetta et les
abus sculpturaux de divers genres commis déjà
en ce lieu (le Lafayette, les squares voisins trans-
formés par M. Dujardin-Beaumetz en annexes du
dépôt des marbres, le Waldeck-Rousseau, le
Jules Ferry, etc.), tout cela n’a servi à rien
et l’on n’aura pas de repos jusqu’à ce qu’une
perspective admirable, grande, harmonieuse,
ne soit effacée, diminuée tout au moins par
l’invasion des allégories de pierre, de marbre ou
de bronze.

Nous l’avons déjà fait remarquer: on ne
devrait en aucun cas modifier les aspects de
Paris qui sont consacrés et où nulle nécessité de
voirie ou d’hygiène ne commande d’intervenir.
Et nous nous demandons à quoi répond ce man-
que d’égards pour un site qui est assurément l'un
des plus remarquables parmi ceux-là. Est-ce
ignorance, incompréhension, manque de goût,
esprit de contradiction, nous ne savons. Ce qui
est certain, c’est que « on » ne songe nullement
en pareil cas à la-question d’ensemble, qui doit
conditionner pourtant toute création d’art. La
preuve en est qu’il n’a même pas été pris la pré-
caution — qui fut, cependant, admise par la
Ville,, si nous ne nous trompons, comme une
mesure toujours indispensable — de dresser un
gabarit .du monument projeté, de façon à se ren-
dre compte de la silhouette et des volumes.

Nous ignorons si le statuaire, dont le grand
talent n’est nullement en cause, s’est, de son côté,
préoccupé, de cette question; il est certain que
si l’emplacement était prévu d’avance, M. Bar-

tholomé en aura envisagé la valeur de cadre et de
fond. Mais s’est-il rendu compte du voisinage
immédiat (le monument de Gambetta, l’Arc de
Triomphe) et surtout de ce fait que beaucoup,
dans la suite; ne goûteront pas davantage l’em-
placement choisi qu’ils ne l’ont admis mainte-
nant? Il en sera comme pour le Gambetta, qui
n’a jamais cessé de susciter des protestations, et
l’on finira par en vouloir au sculpteur lui-même
d’occuper un emplacement mal choisi : les quali-
tés de son œuvre s’en trouveront annihilées.
Combien de gens dénient celles du Gambetta,
encore que le groupe principal en soit cependant'
remarquable! mais il y a la fâcheuse silhouette,
la pyramide ridicule, surtout l’entourage et le
site qui ne se prêtaient pas plus à ce mémorial-là
qu’à aucun autre.

Disons-le franchement, la direction des beaux-
arts nous parait manquer de fermeté. En ce cas,
comme dans plusieurs autres, nous ne voyons pas
qu’elle se manifeste avec l’esprit d’examen qu’il
faudrait. Elle ne prend ou elle n’impose pas ces
mesures préliminaires de gabarit, de discussion
publique des emplacements, nécessaires cepen-
dant. Et combien peu nette est son attitude dans
cette affaire de l’entourage (complètement inutile)
de la tombe du Soldat inconnu ! Après des délais,
des tergiversations sans nombre, un essai de
barrière des plus mal conçus, elle se laisse entraî-
ner à Vincennes par le génie militaire pour aller
voir de monstrueux projets genre «. souvenir de
guerre », auxquels elle devrait se refuser même
d’accorder une seconde d’attention.

Si la direction des beaux-arts manque de l’au-
torité nécessaire, il faut qu’on la lui confère, car
c’est à elle, et rien qu’à elle, que l’on s'en pren-
dra de pareilles réalisations. Elle devrait jouir, en
pareille matière, d’une autonomie complète, agir
avec plus de hardiesse, et exposer franchement
à l’opinion toutes les faces d’un problème. N'est-
il pas encore temps d’en agir ainsi pour le monu-
ment de 1914-1918 ?
loading ...