La chronique des arts et de la curiosité — 1921

Page: 97
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1921/0117
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 13. — 1921.

BUREAUX! I06, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

31 juillet.

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS
Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an :

Paris et Départements : 30 fr. — Étranger : 35 fr.

Le Numéro : i franc

PROPOS DU JOUR

On sait comment s-est terminé le débat
relatif à la statue commémorative de
Paris 1914-1918. Le ministre de
l’Instruction publique et des Beaux-
Arts a décidé qu’elle serait placée sur le terre-plain
de la place du Carrousel, tandis qu’à l’autre extré-
mité on transférerait le Quand même de Mercié.
Ainsi, nous aurons là une sorte de square monu-
mental, préface ou pendant de celui qui existe
derrière le monument de Gambetta et qui a au
moins l’avantage d’être à peine visible; et, chose
curieuse, cette décision si peu satisfaisante à peine '
connue, le silence s’est fait instantanément ; les
protestations, pourtant si véhémentes, et qui ne
visaient pas seulement les emplacements proposés
en premier lieu mais la statue elle-même, ces
protestations se sont tues : est-ce parce qu’on a
appris alors que la statue Paris 1914-1918 était
donnée par un de nos grands journaux pari-
siens ?

Quoi qu’il en soit, voici ce terre-plain définiti-
vement acquis à la sculpture, car il possédera en
son centre un « miroir d’eau » flanqué de naïades
et de nymphes, dont les morceaux attendent, tout
près de là, d’être mis en place. Et se figure-t-on
bien ce que va être cet assemblage rectiligne des
deux monuments commémoratifs et du bassin
entouré de figures, dominés d’un côté par le
Gambetta démesuré, de l’autre par l’Arc du
Carrousel et les statues assises qui lui font cor-
tège? Tout cela d’échelle différente, d’esprit et
d’exécution différents, groupé par hasard sans la
moindre préoccupation de l’ensemble et du plan
qui, vérité élémentaire, devrait régir absolument

pareil arrangement. On regrettera plus d’une

fois les arabesques de géraniums et d’ageratums,
c’était au moins de la couleur.

Et voici que tout près de là, à la rue de Rivoli,

M. Lefébure ne se lasse pas en sa campagne
pour l’exhaussement des immeubles. Il compte
persévérer en ce dessein hostile, au droit et à
l’esthétique, malgré la fraîcheur de l’accueil qui
lui fut réservé. Ne doit-on pas s’étonner de voir
un conseiller municipal de Paris attenter Jui-
même à un site dont rien, absolument rien, ne
justifie la modification?

M. Lefébure a eu une autre idée, moins sau-
grenue à la vérité, celle d’agrémenter la place
Vendôme d’arbustes en caisses propres à « embel-
lir » son cadre architectural. On a fait observer
déjà que ce cadre était fort beau en lui-même et
que la plus grande sobriété lui convenait. Si
l’on veut faire quelque chose pour cette place
magnifique, qu’on s’en tienne à la nettoyer des
enseignes qui l’enlaidissent encore: il y a là un
champ d’action digne des efforts du conseiller
municipal du quartier. On pourrait exiger aussi
que, lorsqu’un des immeubles en bordure est
entièrement remis en état, comme c’est le cas
actuellement pour l’un d’eux, on rétablisse l’ar-
chitecture ancienne jusque dans ses détails: ainsi
les lucarnes, qui jouent un rôle important dans cet
ensemble et notamment dans la ligne des combles,
qu’elles scandent en un rythme parfait, ont été
parfois agrandies en les ouvrant dans le bas pour
les transformer en véritables fenêtres. C’eût été
le cas, semble-t-il, de les restituer en leurs formes
primitives.

Ce n’est point sortir du premier arrondisse-
ment, objet de la dilection fâcheuse des embellis-
seurs si l’on en juge par tout ce qui s’y fait, que
de se transporter au Palais-Royal. Dans le jardin
paisible, on a inauguré ces jours-ci une énorme
effigie du Génie latin. Est-elle bonne, est-elle
mauvaise, peu importe. Nous nous deman-
dons seulement ce qu’elle vient faire 'en ce lieu
où déjà existent trop de sculptures disparates. Et
peut-on espérer qu’après celle-ci on s’en tien-
dra là désormais?
loading ...