La chronique des arts et de la curiosité — 1921

Page: 1
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1921/0077
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
UNE GRANDE VENTE

LES COLLECTIONS DE M. ENGEL-GROS

AU CHATEAU DE RIPAILLE

es ouvrages de Part ont leurs destins, comme les
livres ; et combien d’admirables choses, patiem-
ment réunies clans une collection privée, ne nous
sont révélées qu’au signal de leur dispersion !
Cette mélancolie nous est suggérée par la vente
prochaine d’un magnifique ensemble, non moins
abondant que varié, qui décorait brillamment
l’intérieur austère d’un château lointain.

Ancienne résidence des ducs de Savoie sur la
rive française du lac Léman, non loin de Thonon,
le château de Ripaille est célébré dans une épître
de Voltaire qui chantait « ces beaux lieux »,
séjour du « bizarre Améclée », l’antipape Félix V, d’épicurienne mémoire; mais le
nom de ce vieux domaine, devenu synonyme de bombances et de bonne chère,
désignait des joies plus discrètement relevées depuis le jour plus récent de son acqui-
sition par un homme de goût.

Resté courageusement ami de la France après 1870, sous les perpétuelles menaces
des autorités allemandes, un Alsacien de grand cœur et de haute culture bien fran-
çaise avait trouvé dans ce château le cadre à souhait pour le réconfort de son âme et
le plaisir de ses yeux : aux derniers jours de ce mois, la brève apparition des tré-
sors du château de Ripaille à la plus parisienne de nos galeries permettra cl’entrevoir
les quelques peintures primitives et les nombreux objets d’art de tous les temps
qu’avait su grouper la délicatesse érudite de feu M. Engel-Gros ; et l’admiration des
visiteurs pourra se partager entre l’attrait de la découverte et l’émotion d’un regret.

Des quelques peintures, rares dans tous les sens du mot, la principale est une
menue merveille, dénichée il y a trente ans à Paris et présentée pour la première fois
au public à l’exposition des œuvres de Ilolbein faite, en 1897, au Musée de Bâle :

Supplément à la « Chronique clés Arts » du i5 mai icj2i.
loading ...