Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 3.1890

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.24447#0057

DWork-Logo
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
L’ART INDUSTRIEL DANS L’INDE1

L’art industriel des Indous nous
est peu familier. Notre curiosité de
l’exotique, éveillée par les ouvrages
de l’Extrême-Orient, retenue par
leur inépuisable fantaisie, par leur
élégance bizarre, par leurs procé-
dés ingénieux, s’est tournée avec
l’entraînement d’une mode vers les
porcelaines et les bronzes, les soies
et les laques de la Chine et du Japon.
L’Inde n’a pas fait une fortune si
brillante. Cette indifférence a plu-
sieurs causes; je ne saurais dire
que toutes soient mauvaises; elles
ne suffisent sûrement pas à l’excu-
ser. Je n’en veux pour preuve que
cette brillante exposition de l’Inde
qui tenait au Kensington, dans
l’exhibition coloniale de 1886, une
place si large et dont l’ensemble n’a
pas laissé que d’être une surprise
agréable même pour des gens à qui
l’Inde et les choses de l’Inde n’étaient
point étrangères.

La moisson est riche en effet : les
beaux brocarts tissés d’or de Bénarès et d’Ahmedabad, les broderies
d’or et de soie que les ouvriers de Delhi tracent sur les souples tissus
du Cachemire, les cuivres fins de Srinagar aux formes sveltes et
aiguës, les cuivres lourds et chargés de Tandjore, coupés de placages
d’argent; l’argenterie de Kach avec ses savants entrelacs d’ornements

1. Ulwar and ils Art T masures, par Th. Ilolbein Hendley. Londres, Griggs, 1888,
in-folio. — The Journal of lndian Art, published by Griggs. Londres, in-folio.
 
Annotationen