Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 3.1890

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.24447#0433

DWork-Logo
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
396

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

diamants de la Couronne, dont la vente brilla un instant à nos yeux,
n’ont été qu’un leurre et ne paraissent pas destinés à laisser dans
l’histoire de l'art d’autre souvenir qu’un titre d’opéra-comique.

Il y a longtemps que les amateurs français s’en sont consolés. Le
Louvre est leur maison. Après y avoir vécu heureux, ils désirent s’y
survivre par leurs bienfaits. L’augmentation des collections publi-
ques est devenue leur affaire. Il semble qu’ils s’entendent entre eux
pour assurer l’enrichissement des galeries de l’Etat, et cette contri-
bution, qu'ils se sont imposée, ils la paient en nature. C’est la dîme
volontaire et nationale qu’ils aiment à verser au trésor intellectuel
du pays. Parmi les anciennes collections de Paris, cherchez quelques-
unes des plus belles. En totalité ou en partie, elles sont au Louvre.
C’est au Louvre que logent désormais et qu’il faut venir retrouver
quelques esprits distingués de notre temps, enlevés par la mort, mais
toujours présents parmi nous, parce qu’une parcelle de leur âme et
leur pensée tout entière n’ont pas encore quitté les beaux objets au
milieu desquels ils vivaient. Mazarin aurait abandonné la vie avec
moins de regrets 1 s’il avait pu assurer dans des collections publiques
comme celles de nos jours le maintien perpétuel et intégral de son
merveilleux musée et goûter en quelque sorte la jouissance posthume
des chefs-d’œuvre réunis par lui. C’est une consolation que certains
amateurs du xixc siècle ne négligent pas de se donner en remettant
au Louvre le soin de sauvegarder après eux leurs admirations et
leurs enthousiasmes et de prolonger, au delà d’eux-mèmes, le rêve et
le plaisir d’une vie intelligemment consacrée aux arts. Après avoir
demandé à la possession, dans ce monde, toutes les joies qu’elle peut
donner, ils partent avec moins de tristesse quand ils savent qu’ils
ont fait à l’objet aimé, au compagnon et au confident des heures les
plus douces, une place honorable et définitivement rospectée sous le
toit national. C’est ce qu’ont pensé les Sauvageot, les Lacazo, les
His do la Salle, les Gatteaux, les Tirabal, les Philippe Lcnoir, les
Ducliatel, les Cottier, les Moreau, les Thiers, les Davillier, les
Coûtant, etc., etc., tous ces donateurs qui ont confié partiellement
ou universellement à l’Etat et entassé au Louvre, comme chez un
ami à la veille d’un voyage, la part la plus chère de leur fortune.

Voilà pour le passé. Où seront plus tard les plus belles collections
actuelles de la France? Nous n’avons pas le droit do trahir de bien-

léguéc à la caisse «les Musées nationaux, par Mm# Sévène. Mois la caisse des
Musées nationaux, en tant qu'instilution publique, n'existe pus encore.

1. Voyez Edm. Bonnaffé, Dictionnaire des amateurs du xvnj siècle, p. 210.
 
Annotationen