Revue égyptologique — 1.1880

Page: 144
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1880/0162
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
144

Revue Bibliographique.

possédions en égyptien. Il est rédigé en forme de dialogues — comme les dialogues de
Platon — mais de dialogues entre deux animaux — ainsi qu'on le faisait dans l'Inde. Comme
dans les documents indiens aussi, on y trouve parfois des apologues; et c'est l'un de ces
apologues qu'a traduit M. Brugsch. Mais le corps même de la discussion philosophique est
infiniment plus intéressant.

EEVUE BIBLIOGKAPHIQUE.

Nous ne pouvons parler ni de l'admirable Dictionnaire géographique de M. Brugscii qui vient d'être
complété et forme l'un des livres les plus importants et les plus indispensables de l'ôgyptologie contem-
poraine — ce serait trop affaire de famille, — ni — à plus forte raison — de notre OhrestomaCkie démotique
en 4 volumes qui vient de paraître à la librairie Vieweg et contient les mot à mot des décrets de Rosette
et de Canope et d'un grand nombre de contrats. Mais nous tenons à dire quelques mots d'une remar-
quable Grammaire du nouvel égyptien, publiée par M. Ekman de Berlin. C'est là une œuvre vraiment
scientifique, faite d'après les vraies méthodes, à l'aide du dépouillement complet des textes d'une période
bien déterminée, et donnant par suite des résultats sérieux, que ne pouvait offrir la méthode de confusio-
nisme, d'hypothèses et de transcriptions fantaisistes que nous avons vu employer récemment. Parmi les

innombrables trouvailles de M. Ekman dans le nouvel égyptien, je mentionnerai le temps en founj

. . . AMftM

quil assimile comme moi a un imparfait et que j'avais déjà signalé en démotique sous la fourme oun-ef —
(c'est l'imparfait copte en neq, que M. Maspeeo faisait venir du prétérit en www\) — et le subjonctif en

^-^^^ mi tuf qui — je l'avais aussi montré dans ma Chrestmnathie, p. GO — se retrouve sous cette forme
même en dômotique et que je comparais alors à la forme impersonnelle ptolémaïque en t\ ? ■. Mais il
est certain maintenant que la forme personnelle était régulière en nouvel égyptien de l'époque des invasions
éthiopiennes, langue qui avait déjà beaucoup de formes vulgaires, proscrites plus tard dans les hiéroglyphes
ptolémaïques et conservées seulement en démotique et en copte. En copte mtuf est devenu ïrreq, et c'est

à tort que M. Maspero a voulu assimiler ivreq à _ Je n'en aurais jamais fini si je voulais montrer en

détails à quel point les recherches de M. Ekman et les miennes viennent s'éclairer, se compléter et se con-
firmer mutuellement.

Signalons encore les deux volumes parus de la belle publication du temple à"Edfou faite par M. L.
de Rougé, d'après les notes de notre cher maître E. de Rougé, (chez M. Leroux); la prochaine apparition
du Panthéon égyptien de M. Pierret, avec nombreuses figures intercalées dans le texte, œuvre que nous
avons pu admirer sur épreuves, (même éditeur); et enfin une intéressante notice de M. Baillet sur la date
exacte du règne de Horemhou, d'après les documents recueillis par moi, (société scientifique d'Orléans).

E. R.

ERRATUM.

Un texte donné page 27, 1. 5 et 6 du second fascicule des Études égyptologiques de M. Piebket me
donne des doutes sur la complète exactitude de la traduction du passage analogue donnée plus haut, p. 76,
1. 11. Conf. 1. 23. Je reviendrai sur ce sujet, dans une note annexe à mon article : «Second Extrait de la
Chronique démotique de Paris. — Les prophéties patriotiques. — Première partie » article qui paraîtra dans le
prochain numéro de cette Revue.

L'Editeur Ernest Leroux, Propriétaire-Gérant.
loading ...