Revue égyptologique — 1.1880

Page: 32
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1880/0042
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
32

H. Brugsch.

Nous en apprenons également que le scribe Aâhmes fonctionnait comme wakil de son
supérieur Penâti, le chef des travaux, mais cette fois avec l'addition du nom de la ville où
s'exécutaient les ouvrages, Annu- ou On-ris «On du Midi», c'est-à-dire Hermonthis (voyez
Brugsch, Dict. géogr., p. 41). Je le répète que cet exemple ainsi que les quelques autres
qui sont venus à ma connaissance, sont d'une valeur hors de prix pour les recherches au
sujet du groupe âdon et de ses variantes. Us servent de témoignages que ce mot a dû avoir
le sens de wakil ou être wakil que je viens d'établir dans ce mémoire.

(A continuer.)

Henri Brugsch.

ÉTUDES GÉOGRAPHIQUES

A. Le lac Maréotis.

On connaît si bien la position et le terrain de l'ancien lac Maréotis, occupé aujourd'hui
par le lac dit Mariout, que je me peux dispenser d'en fournir des renseignements de
détail. Situé vers le midi de la ville d'Alexandrie et du côté de l'ouest de l'embouchure
Canopique du Nil, celle que les textes géographiques des monuments désignent par le nom
de (dur âmenti «le fleuve de l'ouest», le $ i^po k e.w.etiT des auteurs coptes (voyez

Brugsch, Dict. géogr., p. 88) ce lac avec ses îles et avec ses dattiers, avec ses vignes et
plantations présentait à l'œil une vue des plus agréables. Les auteurs classiques l'ont désigné
par le nom de Maréotis (y} Mapsômç) ou de Maria (yj Mapefa X(|avy], Map£a). Il possédait un port
qui touchait la ville (d'Alexandrie et où les bateaux du Nil mouillaient l'ancre. Un canal
sortait du lac pour arriver jusqu'au port de mer Cibotus de cette ville. Plusieurs autres
canaux se séparaient du lac, suivaient la direction Est vers la branche Canopique du Nil et
mêlaient les eaux du lac avec celles du fleuve. J'ai dit que des dattiers, des vignes et
des arbustes de papyrus couvraient les ilôts et les bords du lac. Les vins du Maréotis
avaient une certaine renommée. Leur qualité et leur abondance est vantée par les auteurs
classiques. Parmi les villes qui se trouvaient du côté du lac dans cette partie de la Basse
Egypte et dont les ruines en très riche nombre se rencontrent encore aujourd'hui à chaque
pas, celles que les Grecs ont désignées par les noms à!Apis et de Maria (Marêa ou
Mareia) paraissent avoir joué un certain rôle. Le nom de Maria a été mis en rapport avec
le nom du lac.

Un grand district de la contrée aux alentours du lac Maréotis] portait également
le nom de Maréotis. Dans les registres géographiques de Ptolémée il est désigné comme
nome, qui vers l'ouest touchait les limites du nome de la Marmarice.

Malgré toutes mes recherches et études pour retrouver le nom et la] mention du lac
Maréotis dans les inscriptions et textes égyptiens qui couvrent les monuments et les papyrus,
loading ...