Ars: časopis Ústavu Dejín Umenia Slovenskej Akadémie Vied — 1.1967

Page: 87
DOI issue: DOI article: DOI article: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ars1967/0249
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
de Spiš représentant la Dormition de Marie, comme
par ex. à Spišská Kapitula ou dans le relief à Jur
pri Bratislavě. Seule la sculpture de Košice a conser-
vé une composition spectaculaire caractéristique
à la Dormition de Marie du retable de Notre-Dame.
Il est donc difficile de préjuger du caractère de la
composition du grand retable de Banská Bystrica,
étant donné que le relief de Očová n’en donne pas
une idée suffisante. Par contre les différentes
figures sont en quelque sorte une étude plus dé-
taillée, prise, il se peut, de l’observation des


28. La Dormition de la Vierge de relief de Selca.

sculptures de Bystrica. Si l’on compare la figure
de Marie mourante du relief de Očová avec Marie
de Betleem de maître Paul et Marie de la scène
de la Dormition du retable de Notre-Dame de
Stosz, on peut constater que l’artiste de ce relief
a oscillé entre une inclination pour le type de
sculpture du Maître de Levoča et l’adoption
de détails observés dans les motifs de Stosz. Parmi
ces détails citons le motif en conque du châle
froissé sur le cou de Marie de Očová qui glisse sous
une forme identique des épaules de Marie du re-
table cracovien. De même le manteau de Marie
du haut-relief de Očová est jeté d’une façon propre

aux compositions des figures de Stosz. En même
temps cependant, le campement de Marie présenté
du côté droit évoque l’idée de Paul réalisée dans
la figure de Betleem. La transposition dans ce
haut-relief du motif du manteau de St-Jean
bouffant en forme de coquille de la gravure de Stosz
représentant la Pieta. Sur ce dessin, St-Jean non
seulement soutient dans un geste semblable Marie
gémissante, mais il est encore vêtu d’un manteau
qui tourbillone de façon identique au-dessus de sa
tête et dans lequel semble souffler un vent violent.
Ce motif de maître Wit se répète dans le compar-
timent de la Lamentation dans le retable ď 01-
bracht à Brzeziny. Il inspire aussi la figure de
St-Jean-Baptiste dans le retable de Těšín. Dettloff
nous persuade que cet élément est de Stosz.53 Bien
que ce motif de conque existe chez Schongauer
et Dürer, il a — comme le démontre Dettloff —
chez ces artistes un rapport avec le mouvement
du personnage, alors que chez Stosz c’est un
mouvement en soi-même, irrationnel, décoratif.
Le manteau flottant de St-Jean dans le haut-relief
de Očová a précisément ce caractère. D’autre part
St-Jean a, comme sur la gravure de Stosz des
cheveux dont les boucles épaises balayées par un
vent violent s’élèvent au-dessus du cou. Ces in-
fluences de l’atelier cracovien de Stosz se rattachent
de nouveau aux traits particuliers du style de Paul
que l’on décèle dans certains types de visages,
comme par ex. celui de l’apôtre en bonnet sur la
tête, un livre en main qui, visible seulement du trois
quart du visage, rappelle par ses traits le berger
du groupe de Noël de Levoča.
Le groupe de Očová donne une idée de la scène
centrale du retable de Banská Bystrica si elle en
est, ce qui est probable, une réminiscence. Le style
de ce retable de Bystrica devait être, à en juger
à une éventuelle copie, un amalgame du style
cracovien de Stosz et du style de maître Paul
de Levoča. Il est possible aussi, s’il a été exécuté
par le Maître de Levoča, que le retable de la Sainte
Vierge de Banská Bystrica fut un des maillons
des pièces à conviction des contacts directs de Paul
avec Cracovie.
En parlant du séjour hypothétique de Paul dans
l’atelier de Maître ANS à Sabinov dans sa jeunesse,
j’ai attiré l’attention sur les contacts de cet atelier
avec le Maître du polyptique de Ksiaznice Wielkie.
En abordant le problème des tableaux en relief
traitant de la mort de Marie trouvés dans la région

87
loading ...