Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1912

Page: 57
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1912/0071
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
curiosités provenant de Feuillet de Gonches et celui-ci
le tenait, suivant toute apparence, de Louis Batissier lui-
même. Le dossier qui le renfermait, mis en vente par
Étienne Charavay, a passé en des mains ignorées, mais
Mme veuve Percheron, fille de M. Théodore Lebrun, a
bien voulu me communiquer une minute retrouvée dans
les papiers de son père et à laquelle ne manquent sans
doute que les formules de salutation usuelles.

Bien qu’après Louis Batissier, Charles Clément ait eu
communication du même document et qu’il en ait, lui
aussi, fait usage, j’estime qu’il est bon de donner ici le
texte intégral que ni l’un ni l’autre de ces biographes
n’avait cité et de le préserver ainsi d’une de ces destruc-
tions irréparables dont il n’y a que trop d’exemples.
D’ailleurs, le tirage à part de l’article de Batissier est
devenu rare et la revue d’où il est sorti (représentée à la
Bibliothèque nationale par un exemplaire incomplet) est
presque inconnue aujourd’hui.

L’auteur de cette lettre, M. Théodore Lebrun (1788-
1861), était peintre lui-même1, mais les nécessités de
l’existence et peut-être sa parenté avec divers universi-
taires (entre autres J.-F. Champagne, proviseur du Pry-
tanée français [collège Louis-le-Grand]) le firent bifur-
quer vers l’enseignement, où il prit une place honorable
et où il laissa un nom respecté. Il remplit notamment à
Versailles les fonctions de directeur de l’École normale
primaire, alors nouvellement créée, et à Paris celle d’ins-

x. Il a pris part à trois Salons (1822, 1841, 1842), avec un
Portrait, Y Atelier d’un amateur et la Vue des caveaux d’une
ancienne abbaye au moment où l’on descend un mort dans la
tombe. M. Gaston Brière a bien voulu me signaler un compte-
rendu du Salon de 1842 [à Paris], publié dans la Revue de
Versailles et de Seine-et-Oise, sous la signature de Théodore
Lebrun, à qui l’on doit, dans un tout autre ordre d’idées, des
atlas de géographie élémentaire (avec A. Le Béalle) et, seul,
des Livres de lecture courante très appréciés en leur temps
(cf. Funérailles de M. Théodore Lebrun, ancien directeur de
l’École normale primaire de Versailles, ancien inspecteur pri-
maire du département de la Seine (i5 décembre 1861). Paris,
L. Hachette, 1862, in-8°, i5 p.).
loading ...