Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1912

Page: 178
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1912/0194
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 178 —

NOTES ET DOCUMENTS.

AUTOUR

DU PARIS DE LA RÉVOLUTION

ET DE L’EMPIRE.

(Archives nationai.es, Cabinet des Estampes,
Bibliothèque de la Ville de Paris, Musée Carnavalet.)

I.

La tour Saint-Jacques et l’architecte Giraud.

Après la mise en vigueur de la Constitution civile
du clergé, la paroisse de Saint-Jacques-de-la-Bou-
cherie fut supprimée. L’église, devenue propriété
nationale, fut mise en vente le 11 thermidor an V à
la criée de l’hôtel d’Uzès, et adjugée pour la somme
de 411,200 francs, ce qui, en numéraire, représentait
69,904 francs, à J.-B. Lefranc, entrepreneur de bâti-
ments, qui, quelques jours après, fit une déclaration
de command au profit des citoyens Amavet et Zino,
négociants, domiciliés rue de la Loi. On se mit
presque aussitôt à démolir l’édifice, et la tour elle-
même ne tarda pas à être menacée de destruction1.

1. La tour « est de pierre dure de hault ban par en bas et
cliquartz, et tout le reste est de Trossi, le tout fort bien con-
servé ». Ces lignes sont empruntées à un précieux recueil que
M. H. Lemonnier vient de publier : Les procès-verbaux de
VAcadémie royale d’architecture. La tour date des premières
années du xvie siècle. Quant à l’église, on en trouve des vues
au Musée Carnavalet.
loading ...