Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1912

Page: 160
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1912/0176
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
i6o

d'Archives, votre trésorier estime que l’accroissement de
nos ressources serait extrêmement désirable pour ne pas
entraver le rapide et brillant essor de notre Société, dont
les travaux sont infiniment appréciés.

Les vicissitudes d’un tableau du Louvre.

(Communication de M. Alexandre Tnetey.)

Le tableau sur lequel nous nous proposons d’appeler
un instant votre attention est le Calvaire en forme de
triptyque du Palais de Justice, œuvre de premier ordre
qui fut si remarquée à l’Exposition des Primitifs français
et qui fait aujourd’hui partie de nos collections natio-
nales. Pendant plusieurs siècles, c’est-à-dire à partir de la
seconde moitié du xve siècle, ce tableau décora la Grand’-
Chambre du Parlement ; comme le disait Dubreuil dans son
Théâtre des Antiquités de Paris, « au-dessus du siège de
MM. les présidents et conseillers, il y a un riche tableau con-
tenant le Crucifix de Nostre-Seigneur ». Que devint cette
précieuse peinture lors de la suppression du Parlement?
Comment traversa-t-elle la période révolutionnaire? C’est
sur ce point que nous voudrions apporter quelques pré-
cisions, car encore à l’heure actuelle on ne possède à cet
égard que des renseignements assez vagues. Dans la notice
consacrée au Palais de Justice dans Paris à travers les
âges, Edouard Fournier se borne à dire que l’on ignore
vers quelle époque ce tableau passa de la Grand’Chambre
dans la première chambre de la Cour d’appel. Le dernier
historien du Palais de Justice, notre érudit confrère Henri
Stein, dans la monographie récente de ce monument,
nous apprend que ce panneau, transporté au Louvre après
la suppression du Parlement, fut restitué en 1812 à la
Cour d’appel sur les demandes instantes du premier pré-
sident Seguier; ces indications sont un peu sommaires et
ont besoin d’être vérifiées et contrôlées. A la suite des
recherches auxquelles nous nous sommes livré au mois
de mai 1904, à la demande de notre confrère M. Marcou,
nous sommes parvenu à retrouver la trace de ce tableau,
loading ...