Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1912

Page: 251
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1912/0271
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
concours qui fut décidé en 1795 et dont le but était de
glorifier l’auteur du Contrat socialb

L’art de la Renaissance

DANS LES ÉGLISES DE LA RÉGION d’AnET.

(Communication de M. Alphonse Roux.)

La Renaissance n’a pas été accueillie, tout d’abord,
avec faveur par l’art religieux en France. Si, vers le der-
nier tiers du xvie siècle, il y règne librement, ses con-
quêtes, au début surtout, ne furent point rapides. L’on
est tellement convaincu de cette résistance trouvée par
l’art nouveau qu’on l’a souvent exagérée. Toujours est-il
qu’à regarder de près certains monuments, on relève en
eux des traces très nettes laissées par cet art, un peu plus
tôt qu’on ne le croirait. Déplus, il est encore possible de
relever, pour une époque postérieure, des œuvres point
négligeables et cependant négligées. C’est ce qui se pro-
duit dans la région d’Anet.

A cet égard, pour ne prendre que la vallée de l’Eure,
d’Anet à Nogent-le-Roi, c’est-à-dire sur un parcours d’en-
viron une trentaine de kilomètres, outre les deux églises 1

1. L’étude de M. Vitry sur Les Monuments à J.-J. Rousseau
de Houdon à Bartholomé a paru dans la Galette des beaux-
arts du mois d’août 1912.

Antérieurement avait paru le Ier juillet 1912, dans le Mercure
de France, un article de M. Buffenoir sur J.-J. Rousseau et
Houdon qui donnait la liste complète des épreuves connues de
lui du buste de Rousseau, mais considérait encore comme
œuvres de Houdon les maquettes des collections Rouart et
André.

Depuis le i5 août 1912, il a paru dans la Chronique médicale
dirigée par le Dr Cabanès une curieuse étude du Dr Julien
Raspail sur Le masque mortuaire de J.-J. Rousseau. Nous ne
discuterons pas ici les conclusions qu’en tire l’auteur, qui
affirme, d’après des traces de coups et blessures relevées sur
cette empreinte, que Rousseau est mort assassiné, et assassiné
par Thérèse, seule témoin de sa mort. Mais nous y signale-
rons deux belles photographies du masque pris par Houdon
que l’on reproduit généralement d’après une lithographie qui
l’affadit notablement. Le document est précieux à comparer
avec le buste de Houdon qu’il a inspiré.
loading ...