Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1912

Page: 260
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1912/0280
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 2Ô0 —

NOTES ET DOCUMENTS.

VIVANT DENON SUSPECT A VENISE

(i793).

Entre sa carrière diplomatique, brillamment com-
mencée à Saint-Pétersbourg et brusquement inter-
rompue à la mort de son protecteur M. de Vergennes
(1787), par son rappel de Naples à Paris, et sa car-
rière administrative, plus glorieuse, de directeur des
Musées impériaux, D.-V. Denon, gentilhomme ordi-
naire du roi, secrétaire d’ambassade en retraite, se
consacra tout entier pendant quelques années à la
pratique des arts du dessin et de la gravure. Après
s’être fait admettre à l’Académie de peinture, il alla
se fixer à Venise et là, dans son appartement du
ponte de Berettieri, débarrassé de tout souci domes-
tique, faisant administrer ses biens de Bourgogne
par son beau-frère Brunet et recevant ses rentes par
son banquier Revedini, servi par une vieille femme
discrète, se faisant apporter ses repas d’une modeste
trattoria de la via de’ Fabbri, reçu intimement chez
Mme Teotochi Marini, partageant ses journées entre
l’atelier et les salons, ses nuits entre le casino et le
café aile Rive, sans autre passion que l’art et la col-
lection de gravures, libre et garçon, il vécut paisible-
ment.

Son bonheur dura trois ans. La Révolution fran-
çaise vint indirectement le troubler. Le gouverne-
loading ...