Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1912

Page: 357
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1912/0381
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 357 —



Joseph Joubert, attiré à Villeneuve-le-Roi en 1788
par un de ses parents, avait quitté cette ville en 1790
sur l’appel des habitants de son pays natal, Monti-
gnac en Périgord, qui le désignaient pour lesfonctions
de juge de paix. Revenu en Bourgogne à l’expiration
de son mandat, il épousait bientôt, le 8 juin 1793,
Mlle Moreau de Bussy, originaire de Villeneuve, où
elle demeurait avec sa mère et ses frères1. Désormais,
Villeneuve lui était une seconde patrie à laquelle il
resta fidèle, et déjà, sans doute, il y avait admiré le
Christ au tombeau avec un intérêt d’autant plus vif
que l'église, comme il le dira nettement dans sa lettre

tout ce qui concerne le mobilier du monument. M. l’abbé Hor-
son, curé-doyen de Villeneuve, a publié une Notice sur Ville-
neuve-sur-Yonne (Sens, Deroye, 1903) où il indique en peu de
mots la question des tableaux de l’église. — La lettre inédite de
Joubert, qui a été pour moi le point de départ de cette étude,
provient de l’ancienne collection d’autographes de M. Armand
de Barenton et appartient aujourd’hui à Mmo Victor Egger, née
de Barenton. Les autres documents inédits me sont venus
de sources diverses. M. Paul du Chayla, arrière-petit-neveu
de Joubert, en me donnant d’utiles indications biographiques
et généalogiques, m’a mis sur la voie de recherches person-
nelles qui m’ont amené à découvrir dans ma propre famille
une partie des archives des diverses branches de la famille
Menu. M. l’abbé Horson m’a envoyé d’importants extraits des
archives de son presbytère, dont je dirai plus loin la valeur
exacte et l’origine. Enfin M. Louis Demonts, attaché au Musée
du Louvre, s’est mis à ma disposition avec une inlassable
complaisance, et ce sont ses recherches préliminaires dans les
archives du Musée qui m’ont encouragé à entreprendre cet
essai de critique et d’histoire. Je prie M. Paul du Chayla,
M. l’abbé Horson et M. Louis Demonts de vouloir bien agréer
ici l’expression de mes plus vifs remercîments.

1. Cf. la Notice sur la vie, le caractère et les travaux de
M. J. Joubert, par M. Paul de Raynal, en tête de son édition des
Pensées et de la Correspondance de Joubert (Paris, Didier).

1912 24
loading ...