Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 19.1879

Page: 395
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1879_1/0411
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EAUX-FORTES

DE

M. JOSEPH ISRAELS

oseph Israels, le peintre hollandais bien connu,
vient de terminer une suite d’eaux-fortes qu’il n’a pas
encore répandues dans le commerce, et il a bien voulu
mettre un de ses cuivres à la disposition de la Gazette.

De ces eaux-fortes, les unes sont exécutées d’après
des tableaux de l’artiste ; les autres sont des planches
créées spécialement par la pointe.

Celle que nous publions est charmante dans sa naïveté et sa simpli-
cité. L’étendue de la mer et la variété de son mouvement sont rendues
avec beaucoup de délicatesse et de justesse, par les moyens les moins
complexes. On sent ici le gris général relevé par une note de couleur
centrale, et les enfants qui jouent font un heureux contraste avec la
grandeur des eaux daignant, ce matin, souffrir que des bambins
s’amusent dans un coin de leur terrible majesté.

Cette série d’eaux-fortes montre les préoccupations habituelles à
l’artiste, son amour de la mer, des cabanes, des familles, des enfants et
des figures de pêcheurs. Le petit port de Katwyck, près de Leyde, est
depuis longtemps un lieu de prédilection pour M. Israels, et il y a puisé
le motif de beaucoup de ses tableaux.

Une femme assise sur la plage devant les flots calmes, traités avec
cette même inimitable simplicité pleine d’un profond sentiment de la
nature; une autre paysanne travaillant dans sa chaumière remplie
d’ombre, où la fenêtre jette une lueur éclatante sur un bout de table,
avec une sorte d’exécution rustique, pour ainsi dire, parfaitement
adaptée au sujet et au milieu; un enfant dans son berceau; une autre
tête d’enfant, vivement enlevée en quelques traits; une figure de vieille
loading ...