Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 19.1879

Page: 415
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1879_1/0431
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
VELAZQUEZ

i.

Visiblement, et peut-
être sans retour possible
aux abstractions chères
aux écoles d’autres temps,
l’art de nos jours, l’art
libre et militant, incline
et s’abandonne de plus
en plus au naturalisme.
Déjà sa poétique paraît
tenir tout entière dans
cette formule, qu’il ne
doit et ne peut plus être
que l’expression même de
la vie. En présence d’une
évolution aussi accusée
dans ses tendances et qui
semble devoir retenir l’art
dans l’étude et la repro-
duction exclusives du vrai, des réalités formelles, textuelles, dénuées
d’artifices, convient-il d’admettre, avec quelques esprits timorés, que
toute convention, tout idéal pourront, un jour donné, être bannis de son
domaine, et que, vraisemblablement, le talent ne consistera plus qu’à
lutter d’exactitude et de force imitative avec la photographie? Une telle
hypothèse, si extrême et étroite dans ses termes, qui néglige d’ailleurs
de tenir compte de l’ingérence de la personnalité de l’artiste et se hâte,
de parti pris, à nous montrer l’art amoindri et rapetissé à ce point de
n’être plus qu’une reproduction physionomique et impersonnelle des
loading ...