Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 19.1879

Page: 491
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1879_1/0509
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
SOCIETE D’AQUARELLISTES FRANÇAIS

O

PREMIÈRE EXPOSITION1

ous les historiens de la Révolution
française signalent Rassemblée des
états du Dauphiné, tenue à Yizille
en 1788, qui fut comme le prologue
des états généraux , auxquels elle
servit de modèle. Je me figure que
les futurs historiens de l’art français
au xixc siècle donneront à la société
d’aquarellistes une place analogue à
celle qu’occupe dans notre histoire
politique Rassemblée de Yizille. L’ex-
position qui s’est ouverte le 10 avril dernier comptera comme une date
mémorable, et de ce jour courra sans doute une ère de réformes et de
progrès. Qu’on songe en effet que, pour la première fois en France,
une réunion de peintres s’est constituée, par-devant notaire, en société
civile; qu’elle a un capital, des statuts, et que le tout s’est fait
sans intervention de l’administration des beaux-arts. Ajoutez que les
sociétaires, au nombre de dix-sept, sont tombés d’accord sur le choix
d’un local, sur l’époque de l’ouverture; qu’ils ont accepté sans récla-
mer les places que le sort leur a désignées, et qu’enfin tous ont été
prêts au jour fixé. Yoilà bien les caractères d’une révolution non seu-
lement dans les procédés, mais encore dans les cœurs. Le succès a cou-
ronné cette entreprise, et comme toujours la fortune a secondé les
audacieux. L’exposition est des plus intéressantes et elle ne cesse d’at-
tirer la foule. Le peu que j’ai dit de la liberté de l’organisation et de

I. Salles Durand-Ruel, 16, rue Laffitte.
loading ...