Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 5. Pér. 1.1920

Page: 382
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1920_1/0404
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
382

GAZETTE DES BEAUX-ARTS

la meilleure description qu'on ait de lui est celle du romancier Hovvell :
« Son visage respirait un charme pathétique ; on eût dit d'un grand lion
lassé... » Comme chez tous les grands hommes que j’ai été assez heureux
pour rencontrer, ce qui frappait le plus en lui était sa sereine dignité, sa
superbe simplicité et sa modestie exquise, quasi enfantine. J’ai été parfois
cruellement embarrassé par l’humilité avec laquelle il me demandait mon opi-
nion sur une œuvre en cours d’exécution et la franchise, la bonne grâce avec
lesquelles il en discutait avec moi. Je ne suis pas assez vaniteux pour supposer
un instant que quoi que ce que je disais pût faire impression sur lui ; mais
il montrait là une simplicité, une amabilité caractéristiques et charmantes.

Après cela il ne reste plus rien à dire, sinon qu’il gagnait tous les cœurs ;
tous ceux qui le connaissaient, meme superficiellement, l’adoraient. Le nom de
Saint-Gaudens lui convenait : sa nature avait réellement quelque chose de sacré.

HAMILTON BELL

ANGE A LA STÈLE

PLAQUETTE

PAR A. SAINT-GAUDENS
loading ...