Grandidier, Philippe André
Essais historiques et topographiques sur l'église cathédrale de Strasbourg — Paris, 1782 [Cicognara, 4023-1]

Page: 241
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/grandidier1782bd1/0261
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
dé Strasbourg , Livre IL 24!'

CHAPITRE QUATRIEME,

Cloches de la Cathédrale.

La plus grande cloche , qui fe trouvait au*
trefois dans la Cathédrale, pelait 420 quin-
taux (a') : elle fut fondue en 1519 ; mais
ayant été fendue en 1521, elle fut defeendue
cinq ans après, réduite en morceaux, & fon
métal employé à former d’autres cloches.
Nous l’avons déjà décrite dans le livre pré-
cédent (à).

On compte aujourd’hui treize cloches
dont les huit premières font placées dans le
clocher, & les cinq dernieres fe trouvent
fous la voûte, au deffus de la plate-forme.

î. La groffe cloche, qu’on nommait au-
trefois la cloche du St. Efprit, fut fondue en
1316 (j c j) : elle fut fendue pendant le grand
hiver de l’année 1406. On en refondit une
nouvelle le 2 octobre de l’année fuivante*
Celle-ci pefait 63 quintaux & coûta 350
florins.^ Elle fe caffa le 23 juillet 1426. Elle
fut refondue au mois de juillet 1427 par

' (fl) Le quintal, ou centner de Strasbourg pefe cent quatre
livres : ce qui fait qu’il ne différé pas de beaucoup du quintaJ
poids de marc. Eifsnfchimd, pag, 9.

(£) pag. 7<î-7p.

(c) Kœnigshoven, pag. a-jf., & Schad, pag. agi

Q
loading ...