Revue égyptologique — 4.1885

Page: 105
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1885/0122
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
REVUE ÉGYPTOLOGIQUE

FONDÉE

SOUS LA DIRECTION I3E

MM. H. BRTJGSCH, F. CHABAS, BUO. REVILLOUT.

ERNEST LEROUX, EDITEUR

libraire de la société asiatique, de l'école des langues orientales vivantes, etc. etc.

28, rue bonaparte, 28, a paris.

IVe Volume, Nos III-IV. 1885.

La REVUE EGYPTOLOGIQUE paraît tous les trois mois par numéros de six feuilles au moins, avec
planches, fac-similé etc. — Aucun numéro ne se vend séparément.
Prix de l'abonnement annuel: Paris 30 fr. — Départements 31 fr. — Étranger 32 fr.

Sommaire : Lettre à M. Revillout (J. de Rougé). — Mémoire sur quelques inscriptions trouvées dans la sépulture des Apis (E. de
Rougé). — Religion et mythologie des anciens Égyptiens d'après les monuments (Paul Pierret). — Une inscription grec-
que^de Ptolémaïs (Menshieh) (M. Miller). — Le poème de Pentaour (suite) (J. de Rougé). — Leçon d'ouverture professée
à l'Ecole du Louvre le 7 décembre 1885 (E. Revillout). — Une question de priorité (William N. Groff). — La suite
d'un dossier (E. R.). — Une page de l'histoire de la Nubie (E. R.). — Une rectification (E. R.). — Lettre à M. Revilloct
sur les contrats grecs du Louvre provenant de Faioum (suite) (Charles Wessely). — Nota (E. R.). — Tessères bilingues
(E. Revillout et Wilcken). — Notice nécrologique de M. Birch (E. Revillout). — Notice nécrologique de M. MrLLER,
(E. R.). — Mesures égyptiennes, hébraïques et babyloniennes (E. et V. Revillout). — Bibliographie (E. R.). — Avis (E. R.).

A MONSIEUR E. REVILLOUT,

DIRECTEUR DE LA REVUE ÉGYPTOLOGIQUE.
Cher Monsieur et Ami,

Lorsque les innombrables monuments découverts par Mariette, en 1852—1853, dans
la tombe des Apis au Sérapéum de Memphis, furent parvenus au Musée du Louvre, vous
savez à quel point l'attention fut attirée vers cette mine nouvelle de documents précieux
pour la chronologie et l'histoire de l'Egypte'1. Mais la connaissance des textes démotiques
était alors peu avancée et la plupart des stèles du Sérapéum, appartenant à la dernière
période de l'histoire égyptienne, étaient écrites dans cette langue. Néanmoins mon père se
mit à l'œuvre, et après avoir copié ou fait copier sous sa direction tous les monuments du
Sérapéum, il en fit un premier classement et entreprit leur étude détaillée, étude qui devait
se dérouler dans une série de mémoires.

Vers 1854, il lut à l'Académie des Inscriptions le début de ce travail : Mariette vint
alors demander à mon père de lui faire le sacrifice d'interrompre ses publications sur le
Sérapéum; c'était, disait-il, lui enlever le plus beau fleuron de sa couronne, d'autant que
son travail sur le même sujet était prêt à paraître2. Mon père se rendit au désir exprimé par

1 On connaît les difficultés que Mariette dut surmonter pour faire arriver aux collections du Louvre ces
monuments, fruits de son admirable découverte : les détails de ses luttes incessantes ont été donnés dans un
article de M. E. Desjardins de la Revue des Deux-Mondes (15 mars 1874), et dans le livre si consciencieux
de M. A. Rhoné : L'Egypte à petites journées (Leroux, p. 210 et suiv.); ce dernier ouvrage est accompagné
de plans et dessins nombreux, qui permettent de suivre pas à pas les découvertes de Mariette au Sérapéum.

2 Mariette publia en 1855 —1856 une série de très intéressants articles sous le titre : Renseignements
sur les 64 Apis trouvés dans les souterrains du Sérapéum (Bulletin archéologique de V Athœneum français) : mais
ce travail ne fut pas mené jusqu'à son complet achèvement. — Il faut indiquer aussi son Mémoire sur la
mère d'Apis, et son Recueil de monuments et de dessins, parus également en l'année 1856.

14
loading ...