Revue égyptologique — 4.1885

Page: 58
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1885/0071
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
58

Eugène Revillout.

d'Apollonius, ce reliquat aurait dû être de 305 drachmes et non de 155, car 6140 — 5835 = 305
et non 155). Reprenant donc tout par les bases, Ptolémée, de son écriture à nous bien connue,
aussi différente que possible de celle d'Apollonius, a autrement établi la balance, en tenant
compte seulement, comme de dépenses le regardant, des 630 drachmes payées pour deux
artabes de blé achetées en son nom, des 3075 drachmes versées à Petesis pour 10 artabes,
10 chœnices de blé et enfin des 200 drachmes qu'avait reçues Héreius pour une demi artabe.
Ces trois sommes additionnées forment un total de 3905 drachmes :

630
3075
200
3905

Tel est le chiffre que Ptolémée a inscrit en grosses lettres au-dessous du compte
d'Apollonius et d'après lequel il a calculé ce que lui redevait son frère : la différence entre
un talent 140 drachmes (6140 drachmes) de recette et 3905 drachmes de dépense, à savoir
2235 drachmes.

I~ V TE nu feCAE

«Total (de la dépense) 3905. Reste (à me rendre) 2135.»

Les caractères tout particuliers de l'écriture d'Apollonius ne permettent de la confondre
avec aucune autre, notamment avec celle de Ptolémée; et on peut trouver de ce côté un
fil-conducteur excellent pour le classement et l'histoire des papiers du Sérapéum.

Ces caractères étaient dus surtout à l'éducation qu'Apollonius avait reçue dans l'école
sacerdotale du Sérapéum où on lui avait appris d'abord à écrire en démotique. Il apportait
des souvenirs du démotique dans l'alphabet grec : son £^ ou |^ par exemple est pleine-
ment un U, démotique et ne rappelle que de loin le B grec de la même époque.

Mais ce n'est pas ici le lieu d'insister sur des détails qui rentreront plus naturellement
dans la suite de ce mémoire.

(La suite prochainement.)

LETTRE A M. E. REVILLOUT

SUE LES

CONTRATS GRECS DU LOIÎYRE PROVENANT DE FAIOUM.

PAU

Charles Wessely

(DE VIENNE).
(Suite.)

Voilà un fragment, la dernière partie d'un contrat de louage, que nous comprendrons
mieux en comparant un autre contrat complet de la collection de l'archiduc Rainer, don
nous donnons à présent une leçon encore plus exacte que celle que nous avons publiée dans
nos Prolegomena, p. 50.
loading ...