Revue égyptologique — 4.1885

Page: 152
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1885/0169
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
152

Eugène Revillout.

LA SUITE D'UN DOS SIEE.

J'ai raconté autrefois dans la Revue les aventures de la femme Tanofré, fille d'Amen-
hotep et de Tahet, qui avait été séduite par un nommé Panofré, surnommé Petkes. J'ai dit
comment son père Amenhotep avait aussitôt forcé Petkes de faire une adjuration pour aban-
donner certains esclaves à la jeune fille, puis bientôt après (dans le même mois) un contrat
de mariage par lequel il se déclarait le mari de Tanofré et s'obligeait en même temps à ne
jamais réclamer ses droits de mari. Amenhotep lui-même avait été chargé d'exiger les esclaves
promis et de liquider la situation — d'une façon fort avantageuse pour la malheureuse à
laquelle on avait enlevé le trésor de son innocence. Je ne doutais point alors qu'il ne s'agît,
en effet, d'une toute jeune fille, presque d'une enfant. Or il se trouve que nous avions affaire
à une respectable mère de famille — ayant déjà une très nombreuse progéniture, d'un mari
probablement défunt. Ceci change un peu les conditions de cette séduction. Nous croyons
donc devoir annexer ces pièces nouvelles au dossier.

Commençons par préciser les dates. C'est en l'an 17 d'Evergète Ier que Tanofré, séduite,
a été si singulièrement épousée. C'est en l'an 25 du même règne que la même Tanofré con-
stitue son avoir à une de ses filles, probablement à l'occasion de son mariage.

«An 25, Pachons, du roi Ptolémée, fils de Ptolémée et d'Arsinoë, les dieux frères, Dosithée,
»fils de Dosithée, étant prêtre d'Alexandre, et des dieux frères, des dieux évergètes, Bérénice, fille
»de Ph.. tim.. kr-s étant canéphore devant Arsinoë Philadelphe. La femme Sanch Tanofré, fille
»d'Amenhotep dont la mère est Tahet, dit à la femme Tseta(wuu), surnommée Tset(apaht),
» fille de Snachomneus, dont la mère est Tanofré : Ma fille, tu m'as donné, et mon cœur en est
» satisfait, l'argent de ma part du tiers de maison qui me revient de femme Tahet, fille de
»Paret, ma mère, comme maison de Paret son père. La maison nommée est bâtie, couverte,
»dans le quartier nord de Thèbes et ses voisins sont : au sud la maison de Relou, fils d'Herisnaf
»que la rue en sépare et la maison de Pechelel. . . ; au nord la maison d'Amenhotep, fils de Psea-
»men et la maison de Pana que la rue en sépare; à l'orient la maison de Psennouter, fils de
»Nesmin, que la rue en sépare; à l'occident la maison de Petinofrehotep le choachyte et
»la maison de Haredj (?) le porte-lance ( î| A ° v&-) ce qm" ^ deux maisons que la rue du
»roi en sépare et la maison d'Apaht le fondeur (Py^—a). Tels sont les voisins de la mai-
»son entière dont je t'ai donné le tiers. (Je te donne aussi) la tombe du seigneur (kir) Touot
»et de la dame (hir) Chonsmaut et de ses hommes, le seigneur Thotsetem et ses hommes, la
»dame Ta/jot, le seigneur Nesmin et leurs hommes, la tombe de Touot le pastophore du
» maître de la vie (jmebanyj, et la demeure de Taa(paht) et ses hommes, la demeure de Mont
»et ses hommes, Taese et ses hommes et le maître de la demeure où elle repose, la demeure
»de Kernis et ses hommes, la demeure de Phib le scribe, et ses hommes, la demeure d'Osoroer
»et ses hommes; et cet appartement occidental qui est bâti et couvert dans la cour de la demeure
» (funéraire) de Pasi. Que tu ailles dedans et dehors de la cour. Que tu fasses construction
«sur les murs, pour faire construction sur la maison nommée. — Et (je te donne) la moitié
»de l'avoir nuptial (sep1?) de Snachomneus, ton père, entre toi et Ounnofré, ton frère, par moitié
»de l'avoir nuptial (sepj à chacun de vous deux. Je t'ai donné cela. A toi cela, ta part du
loading ...