Revue égyptologique — 4.1885

Page: 193
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1885/0210
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Mesures, etc.

193

M. MILLEE.

Après la mort de mon illustre et bien cher ami M. Brunet de Presle et celle
de notre regretté maître M. Egger, rien ne pouvait m'être plus sensible, comme,
d'ailleurs, à tous les hellénistes, et surtout à ceux qui sont attirés par les textes
grecs, si intéressants, conservés par les inscriptions et les papyrus d'Egypte, que la
mort de M. Miller, le travailleur infatigable et l'homme au cœur si chaud et si bon!

Personne, peut-être, n'a pu l'apprécier autant que moi, puisqu'à tous les instants,
depuis 17 ans, il voulait bien m'appeler auprès de lui toutes les fois qu'un document
nouveau lui semblait mériter un examen sérieux.

Hélas! dans la dernière année de sa vie, alors que déjà il ne sortait plus,
ne me faisait-il pas venir encore pour travailler avec lui, faire les recherches
nécessaires et lui apporter des notes sur les inscriptions qui lui étaient envoyées de
l'Egypte? Avec quelle passion ne cherchions-nous pas ensemble! Avec quelle bonté
n'accueillait-il pas mes faibles efforts! Pour moi ce seront d'ineffaçables souvenirs
et je ne souhaite qu'une chose : c'est que la famille retrouve et donne au malheureux
survivant ces restes d'une collaboration commune qui me semblent le testament
d'un père!

Jusqu'à la dernière minute, en effet, M. Miller a conservé le vif amour de
la science, jusqu'à la dernière minute il n'a pensé qu'aux grands problèmes se
rattachant à cette vieille Egypte qu'il aimait tant : ce serait donc de l'ingratitude
que de ne pas donner place dans la Revue Égyptologique à ce père de la science,
à côté du digne successeur de Champollion, notre si excellent ami M. Birch!

Mais nous ne nous bornerons pas là et nous nous proposons d'écrire ici même
sa biographie.

Ne le mérite-t-il pas celui qui a laissé sur les Grecs et l'Egypte grecque une
œuvre égale à celle de Letronne et qu'il serait urgent de réunir de même que celles
de Brunet de Presle et d'EGGEii? Ce sera pour nous un devoir que d'étudier
ensemble les immenses travaux de ces trois hommes que nous avons eu l'honneur
de connaître intimément et dont deux ont été pour nous les véritables instructeurs
dans le chemin parcouru par nous, presque au même titre que l'immense égyptologue
qui avait nom Emmanuel de Rougé! E. R.

MESURES ÉGYPTIENNES, EÉBEAÏQUES ET BABYLONIENNES.

Nous tenons à signaler sans retard à nos lecteurs la magnifique découverte que vient
de faire M. Oppert relativement aux mesures de capacité babylonienne. Notre illustre maître
a montré que ces mesures rentraient dans un système très simple. Celle que l'on peut con-

25
loading ...