Revue égyptologique — 4.1885

Page: 107
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1885/0124
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Mémoire sur quelques inscriptions, etc.

107

doute, faire l'objet d'une monographie complète : il n'appartient qu'au courageux explorateur
de ses ruines de publier l'ensemble des monuments que les sables recouvraient depuis tant
de siècles. La première partie de sa tâche est actuellement accomplie et nous attendons son
prochain retour : nous ne doutons pas que le gouvernement ne veuille lui fournir les moyens
de mettre immédiatement la main au complément nécessaire de l'œuvre qu'il a terminée en
Orient à la grande gloire du nom français.

Eu attendant qu'une publication digne de la découverte mette ces textes précieux entre
les mains de tous les savants d'Europe, ils sont, comme tous nos monuments, livrés à l'étude
des archéologues dans les galeries du Louvre.

Pour nous reconnaître au milieu de tant de documents nouveaux, de toutes ces dates
d'une forme inconnue jusqu'ici et qui paraissent quelquefois se contredire mutuellement, il
m'a paru nécessaire d'assurer notre marche par quelques jalons solides, en étudiant d'abord
la marche des Apis, dans une période de temps dont l'histoire fut bien connue et la chro-
nologie sûrement déterminée. Ce n'est qu'en procédant ainsi que nous pourrons savoir ce que
signifient les dates de nos inscriptions de la tombe d'Apis, à quels jours précis elles s'ap-
pliquent et reconnaître si ces dates s'enchaînent dans une période régulièrement déterminée.
Ce n'est que dans un milieu chronologique réunissant ces conditions que les dates du change-
ment des Apis pourront être comparées avec l'état du ciel, aux jours indiqués, afin de s'as-
surer si ces dates se coordonnent avec quelque phénomène céleste. La chronologie égyptienne
ne présente encore ces conditions d'exactitude absolue que dans un intervalle de temps très
limité. On peut même croire que nous n'aurions, pour aucune époque de l'histoire d'Egypte
une chronologie de cette sorte, si nous ne possédions pas le célèbre canon des rois de Pto-
lémée. La portion de ce document, qui s'applique immédiatement à l'histoire égyptienne,
commence à la conquête de Canibyse et elle nous présente, particulièrement depuis la victoire
d'Alexandre, ce terrain bien délimité et ces divisions précises dont nous avions besoin pour
notre première étude sur les renouvellements successifs des Apis. C'est donc sur les inscrip-
tions du temps de la domination grecque, que nous ferons porter nos premières investigations.

Le nombre des inscriptions de la tombe d'Apis, qui appartiennent à cette période, est
très considérable : plus de cent d'entre elles portent des dates au nom d'un des rois Lagides.
Un grand nombre rapporte même l'âge actuel de l'Apis en même temps que l'année du
souverain régnant. Il semble qu'avec cette quantité de documents et leur apparente préci-
sion, on devrait, sans peine, dresser une liste complète des Apis de la période grecque et
un tableau satisfaisant de leurs changements successifs : je le croyais ainsi, au début de ce
travail, mais bientôt se sont présentés des obstacles sérieux et que l'on ne pourra vaincre
qu'avec les efforts d'une critique sévère.

Ces difficultés sont de plusieurs sortes : les premières, toutes matérielles, tiennent à
l'état des inscriptions. La plupart ne sont que des proscynèmes, tracés rapidement à l'encre
et en écriture très cursive, par les serviteurs d'Apis. Les dates sont souvent peu lisibles et
il en é$t plusieurs que je ne pourrai transcrire avec probabilité qu'après avoir classé la stèle
qui les porte par d'autres moyens.

Une autre difficulté provient de ce que ces stèles sont en général tracées en écriture
démotique. L'étude de cette écriture est encore peu avancée : la grammaire de M. Brugsch,
loading ...