Revue égyptologique — 4.1885

Page: 132
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1885/0149
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
132

Eugène Revillout.

Pour le droit égyptien nous avons eu sept très bonnes épreuves tant de 3e que de
2e année. Deux autres ont été remises à quelques jours par le conseil de l'Ecole à cause de
l'absence momentanée des candidats.

Je n'ai pas besoin de vous rappeler la brillante soutenance de M. Paturet pour son
excellente thèse sur la condition juridique de la femme dans l'ancienne Egypte. Cette en-
ceinte était trop petite pour les auditeurs qui se pressaient ce jour-là autour de notre jeune et
si distingué récipiendaire. Le jury qui comprenait, outre le Directeur et les deux professeurs
spéciaux de l'Ecole du Louvre; des hommes tels que notre grand maître en droit comparé,
M. Dareste, de l'Institut et de la Cour de cassation, M. Michel, de la Faculté de droit, et
AI. Guiyesse, du Collège de France, a vivement félicité M. Paturet, ainsi, du reste, que
plusieurs membres de l'Institut présents à cette solennité. D'autres tels que l'illustre juriste
M. de Eozière et le savant économiste M. Bloch m'ont exprimé tous leurs regrets de n'avoir
pu y assister, soit à cause d'une arrivée trop tardive à Paris, soit à cause d'un oubli de ma
part, tout à fait inexcusable puisque tout était convenu d'avance.

Enfin l'enseignement du copte auquel je consacrais l'an passé moitié de mon cours si
long du mercredi donnera lieu sous peu à quelques examens de fin d'année qui se feront
en même temps que les derniers examens de droit égyptien.

Notons à ce propos que, cette aimée, pour éviter la fatigue résultant, pour le professeur
et pour les élèves, d'un cours de deux heures, j'ai remis au samedi le droit égyptien et j'ai
réservé le mardi pour le copte. Le lundi restera comme précédemment le jour du démotique.

Notre nouvel élève diplômé, M. Paturet, m'aidera du reste dans la préparation des
élèves aux examens de droit égyptien et donnera concurremment avec moi les conférences
du samedi.

En somme, vous voyez, messieurs, que mon triple enseignement donne lieu cette année
à 14 examens au minimum.1

Cet enseignement, dans les années qui viennent de s'écouler, a porté successivement,
pour le droit égyptien antique : 1° sur l'état des personnes; 2° sur l'état des biens; 3° sur
les obligations et actions. Ces questions nous ont pris deux années. Dans la troisième j'ai
poursuivi l'étude des traditions juridiques égyptiennes pendant l'époque romaine et byzantine.
Les actes du cartulaire de Djème ont été attentivemenent commentés sous ce rapport en
même temps qu'ils étaient analysés au point de vue philologique copte. Nous comptons
achever ce dépouillement et publier dans un court délai cet intéressant cartulaire, ainsi que
le 2e et 3e volume de notre cours, dont le premier a déjà paru.

1 L'année scolaire 1885—1886 qui vient de s'écouler donne un résultat encore plus satisfaisant :
26 examens au minimum pour mon triple enseignement. L'examen de droit égyptien a été subi très brillam-
ment d'abord par six candidats dont la plupart docteurs ou licenciés en droit. La seconde série de huit
candidats se trouvant dans les mêmes conditions a passé cpielques jours après. D'autres élèves sont remis
à la session de novembre pour cause de santé. Quant aux huit examens philologiques (en dehors de ceux qui
ont été réservés pour novembre) ils ont été aussi très remarquables. Les élèves de première année m'ont
vraiment étonné. J'en dirai autant des examens de M. Piekret, auxquels j'ai également assisté comme
membre du jury. Enfin je dois ajouter que mes cours de démotique ont toujours été suivis régulièrement
par 10 à 12 élèves en cours d'examen, en cours de thèse ou auditeurs sérieux prenant des notes, mes cours
de copte par 8 à 10, et mes cours de droit égyptien par une vingtaine.
loading ...