Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1912

Page: 113
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1912/0129
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
la même année ; nous le retrouvons ensuite mentionné
par le catalogue du Musée de l’École française, ins-
tallé dans le château; il y resta jusqu’au 19 thermidor
an X, date à laquelle il fut envoyé au château de
Saint-Cloud, devenu palais consulaire.

Le 20 mai 1820, M. de Fougières, héritier du pré-
sident Hocquart, demandait la restitution des objets
saisis chez ce dernier et en communiquait la liste à
l’administration du garde-meuble; celle-ci commença
les recherches; les objets restés en dépôt dans les
magasins et retrouvés furent rendus assez rapidement ;
les difficultés surgirent quand on s’aperçut que les
statues avaient servi à décorer les châteaux de Ram-
bouillet et de Saint-Cloud; les conservateurs de ces
deux résidences mirent en effet la plus grande mau-
vaise volonté à s’en dessaisir.

Le Ganymède de Julien, ainsi qu’un Apollon d’après
l’antique, du même sculpteur, provenant également
de Montfermeil, avaient été placés au château de
Saint-Cloud, dans les niches de l’antichambre de
l’appartement de Monsieur, comte d’Artois. M. de
Fougières l’ignorait; on se garda bien de l’avertir et,
pour parer à toute réclamation, on les fit disparaître
discrètement. En effet, le 19 avril 1823, M. de Ville-
d’Avray, intendant du garde-meuble, écrivait1 * :

« Les statues existant à Saint-Cloud ont été provi-
soirement retirées des endroits où elles étaient pla-
cées afin qu’elles ne puissent frapper les yeux du
réclamant. »

C’est sans doute quand tout danger de réclamation
eut disparu que le Ganymède fut envoyé au Louvre,
où il se trouve encore aujourd’hui.

20 L'Amour, de Bouchardon.

L'Amour, de Bouchardon, n’a jamais été au petit

i. Archives nationales, O3 1431.

1912

8
loading ...