Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 2.1869

Page: 90
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1869_2/0097
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
COLLECTION DE DESSINS ORIGINAUX

AU CHATEAU GRAND-DUCAL DE WEIMAR

A MONSIEUR ÉMILE GALICHON
Directeur de la Gazette des Beaux-Arts.

Bade, juin 1869.

Je sais que vous avez le goût, — c’est-à-dire
à la fois l’amour et la connaissance — des dessins
qu’ont faits les grands artistes en préparation de
leurs œuvres peintes, sculptées ou gravées. Il est
donc juste que je vous fasse participer au plaisir
extrême que m’a causé la vue d’une riche et cé-
lèbre collection de ces dessins originaux. Ce sera
vous donner, avec le regret de ne pas les con-
naître encore, le ferme désir de les connaître à
votre tour.

Cette «collection n’est pas à Weimar depuis
une date bien ancienne. Elle avait été formée
par le roi de Hollande Guillaume II, ce curieux
habile et fervent, dont le cabinet particulier,
lorsqu’il fut vendu aux enchères après sa morl,
suffit pour enrichir tous les musées et tous les
grands cabinets de l’Europe. La fille du roi Guil-
laume II, grande-duchesse actuelle de Saxe-
Weimar, a recueilli avec un soin pieux, et au
prix de grands sacrifices, toute cette intéressante
portion de l’héritage paternel. Voilà commentées
dessins, venus pour la plupart d’Italie et quel-
ques-uns des Flandres, pris à Milan, à Florence, à Rome, à Venise, à Anvers, sont réu-
nis dans la petite capitale qu’ont déjà rendue célèbre par leur séjour quelques hommes
illustres, comme Goethe, Schiller, Wieland, dont les statues en bronze font les dignes
ornements, non de ses places, le mot serait bien ambitieux, mais de ses carrefours.

Si vous me demandiez à quelle partie de cette rare et précieuse collection je donne
la préférence, je n’hésiterais point à vous nommer les cartons du grand Léonard de
Vinci. Il est bien inutile de vous rappeler, cher monsieur, que la grande fresque de la
Cène {il Cenacolo), qui fut faite pour orner le réfectoire du couvent de Santa Maria
dette Grazie à Milan, et qui est demeurée l’un des chefs-d’œuvre de la peinture, a
disparu peu à peu sous les injures du temps et des hommes, et que bientôt elle
loading ...