Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 2.1869

Page: 270
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1869_2/0281
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ACADÉMIE DE FRANCE A ROME

D’APRÈS LA CORRESPONDANCE DE SES DIRECTEURS
(1666-1792 *).

SUITE DES LETTRES DE WLEUGHELS.

20 mars 1732.

J’ai trouvé un trésor : c’est une petite statue, découverte depuis peu
dans la vigne Justiniani, qui joue avec des osselets. En ce temps-là,
c’étoit des espèces de dés, car ils étoient marqués; c’étoit un jeu où
il faloit païer sur-le-champ. On trouve dans un ancien auteur qu’Au-
guste envoya des sommes considérables à Julie, qui aimoit ce jeu là, pour
y jouer : c’est donc une Julie jeune que cette statue, ce qu’on reconnoît
à une médaille qu’on en a, qui lui ressemble, dont le revers a quatre de
ces osselets avec ces paroles : Qui ludit arram det quod satisfecit.
Cette statue, qui est très belle, est d’autant plus curieuse qu’on ne trouve
point de statue de cette Julie, et peu de médailles. Ainsi je crois avoir
fait un achat distingué pour M. le cardinal de Polignac, qui aime les
belles choses : celle-cy brillera avec justice entre celles qu’il emporte.
Dans le moment que j’écris ceci à V. G., Son Éminence ne sçait pas en-
core que je lui aye fait cette acquisition; mais il faut ici brusquer l’occa-
sion lorsqu’on trouve quelque chose de véritablement beau, car sans
cela on ne tient rien, et je l’ai, pour ainsi dire, arrachée des mains des
Anglois pour faire plaisir au cardinal et pour enrichir la France...

Je fais mouler la petite figure dont je viens de parler à V. G. Elle
part la semaine qui vient, sans quoy j’en aurois demandé avant la per-
mission. Mais il seroit fâcheux, en privant Rome d’un si beau morceau, 1

1. Voir les livraisons des 1er février, 1er avril, Ie' mai, 1er juillet et 1er août 1869.
loading ...