Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 2.1869

Page: 408
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1869_2/0420
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE TRÉSOR D’HILDESHEIM

On a beaucoup parlé-, depuis un an, du
trésor de vases antiques en argent décou-
vert à Hildesheim, dans l’ancien royaume
de Hanovre. La chose en valait la peine,
car depuis celle du fameux trésor de Ber-
thouville (improprement appelé de Ber-
nay) on n’avait fait aucune trouvaille
aussi importante en fait de monuments
de ce genre, et, grâce à elle, le Musée
de Berlin n’a plus rien maintenant à en-
vier aux richesses, jusqu’alors sans riva-
les, de notre Cabinet des médailles. Mais
pendant un certain temps nous n’avons
connu en France la découverte d’Hildes-
heim que par l’écho du retentissement immense quelle avait au delà
du Rhin, par les descriptions volontairement incomplètes — nous dirons
plus loin pour quelle raison — qu’en donnaient les archéologues alle-
mands, et par d’assez mauvaises photographies publiées à Berlin d’après
des moulages en plâtre. Il n’en est plus de même aujourd’hui. Les admi-
rables reproductions que vient d’exécuter la maison Christolle et C‘% et
qui figurent actuellement à l’exposition de l’Union centrale des Beaux-
Arts appliqués à l’industrie, vont populariser dans notre pays les vases
trouvés dans le Hanovre. Tous les gens de goût voudront posséder au
moins quelqu’un des plus exquis parmi ces spécimens de l’art industriel
des anciens. Nos fabricants s’en inspireront, et ils y trouveront de pré-
cieuses leçons de goût, des modèles qu’il feront bien d’imiter. Quant aux
archéologues français, c’est seulement à présent, et sur la vue de ces
reproductions galvanoplastiques, qui rendent si fidèlement les originaux,
qu’ils vont pouvoir comparer en pleine connaissance de cause le trésor
cl’Hildesheim à celui de Bertliouville, ainsi qu’aux autres collections de
loading ...