Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 21.1899

Page: 23
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1899/0033
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
NOTES SUR LE TEXTE DU CONTE DU PRINCE PRÉDESTINÉ

23

NOTES SUR LE TEXTE DU CONTE DU PRINCE PRÉDESTINÉ

PAR

H. 0. Lange

Pendant un séjour à Londres, j'ai eu toute facilité, grâce à la bienveillance de M. le
docteur E. A. W. Budge, directeur du département des Antiquités égyptiennes et
assyriennes du British Muséum, pour soumettre le Papyrus Harris 500 (Br. Mus.,
Pap. 10060) à une revision minutieuse. J'ai concentré mes efforts principalement sur
le verso, qui contient les deux contes, « Comment Thouthii prit la ville de Joppé » et
« le Prince Prédestiné », qui sont publiés avec beaucoup de soin par M. G. Maspero
dans ses Études égyptiennes, t. I, p. 1-72. La transcription hiéroglyphique de M. Mas-
pero ayant été faite d'après une photographie, et vu l'état déplorable de l'original, il
était vraisemblable qu'on pût déchiffrer quelques groupes d'après les vestiges à demi
effacés de l'original, qui n'étaient pas visibles sur la photographie, et qui ont échappé
à la sagacité du premier éditeur. Ici aussi, j'ai éprouvé qu'il était avantageux de
travailler d'après l'original, où l'on peut suivre les traits de plume du scribe même en
des passages où le tissu du Papyrus est endommagé ou l'encre est effacée. Le fac-similé
de M. Maspero, généralement très fidèle, n'a, bien entendu, pas pu reproduire les
vagues traces d'encre, qui m'ont pu guider à la lecture des signes effacés.

Je voudrais communiquer ici ce que j'ai lu des passages effacés, qui sont indiqués
comme des lacunes dans Yeditio princeps, ou qui sont déchiffrés d'une autre façon. Je
n'ai pas voulu encombrer cette note des transcriptions nouvelles que m'a suggérées
l'inspection de l'original; seulement en peu d'endroits j'ai cru devoir donner la lecture,
qui m'a paru vraie.

IV, 2. On lit avec certitude

n a. n Q 1

X O I

IV, 4, est à lire > a été oublié par une faute

d'impression dans l'édition de M. Maspero.

IV, 5. On voit des traces qui permettent de restituer le passage : ^*»[ ~ww%0| %

fi n q, &_q rr^o AwvNA < i r> ^ rvyi /www 1 I iii

! AAAAAA 1 □ ' I

IV, 8. (] S ^



iv, i2. i^^Bî %\'\%* (13)

(?)

AM/W\

[( ^ -=^i£pV& . Après f\_ , les traces semblent indiquer û û, ce qui

«WW\Û \\ C_l _£T^ V__es

paraît étrange.

V, 8. On doit lire 3^ S % et JUI)

AAAAAA ^ ^r^Q V

I I I I

MAAAAAA
AAAAAA

V, 9-10. Je liSûeP^(10)#^^^^K'%M

si le

n (3 1 t I 1 I I o I I I u rr\^

I est le chien ou un serviteur, qui n'est pas mentionné ai

leurs.

; ne ne sais

V, 14. La plupart de la ligne est à peu près effacée ; à la fin, jè lis avec certitude

AAAAM 1 _ l\ n AW« ,—=-~, f\ .

,\^_\ 3:..»:r,iM = ****

m i mi
loading ...