Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 21.1899

Page: 153
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1899/0164
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RAPPORT SUR UNE MISSION DANS LA HAUTE-ÉGYPTE

153

RAPPORT A M. LE MINISTRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE

SUR UNE MISSION DANS LA HAUTE-ÉGYPTE

par

Maxence de Rochemonteix1

Monsieur le Ministre,

J'ai l'honneur de vous exposer les résultats de la mission scientifique en Égypte
que vous m'avez accordée.

Mon voyage a duré sept mois seulement, dont six dans la Haute-Égypte, depuis le
milieu de novembre 1875 jusqu'au 10 mai 1876; mais j'ai pu, grâce à la bienveillance
inépuisable et à la généreuse hospitalité de M. Mariette, exécuter, pendant ce temps
limité, des travaux qui, sans son aide, eussent été au-dessus de mes forces. Accompa-
gnant l'éminent archéologue dans sa tournée annuelle, j'ai vu rapidement toute l'Égypte,
des Pyramides à Philse, appris à mieux comprendre les monuments, et connu plus
nettement les besoins de la science et la tâche que j'avais à remplir. Lorsque, ensuite
resté seul, j'ai remonté pour la seconde fois le Nil d'Abydos à Edfou, explorant les
localités mal connues ou d'un accès difficile, faisant ailleurs des séjours nécessaires à
mes études, la protection des autorités et la bienveillance des habitants m'étaient
assurées, et la connaissance des ruines m'évitait des tâtonnements et des retards aux-
quels est exposé le voyageur à sa première exploration. Dans ces conditions, il m'a
été possible cle rapporter une masse de documents presque entièrement inédits, et
contenus à peu près dans un millier de feuilles de copie et dans 25 mètres carrés
d'estampages. Cette quantité aurait été encore augmentée, si l'épuisement de mes pro-
visions, et surtout une ophtalmie terrible, causée par un travail incessant clans l'obscurité
et au milieu d'une atmosphère méphitique, ne m'avaient contraint â partir brusque-
ment et à interrompre une partie des travaux que j'avais commencés. Tel qu'il est,
l'ensemble des documents recueillis donnera lieu à plusieurs mémoires qui, par leur
développement, ne peuvent trouver place ici. Je me contenterai donc d'exposer som-
mairement une notice des recherches que j'ai poursuivies, l'énumération des monu-
ments que j'ai visités et des idées que leur examen m'a suggérées.

Je diviserai ce rapport en deux parties :

A. — La première se rapporte aux matériaux cle diverse nature rassemblés soit
pendant les heures que la navigation prenait à l'archéologie, soit pendant les arrêts

1. Ce rapport, transmis à M. Schéfer par ordre de la Commission des Missions du Ministère de l'In-
struction publique, le 27 janvier 1879, à l'effet d'examiner s'il y avait lieu de le publier, s'était égaré au
Secrétariat de l'École des Langues orientales. Retrouvé ces jours derniers, il m'a été communiqué obligeam-
ment par M. Barbier de Maynard. Bien qu'une partie des matières dont il traite ait été étudiée depuis lors,
il renferme encore assez de faits intéressants et de considérations neuves pour que jç n'hésite pas à l'insérer
dans le Recueil. — G. M.

recueil, xxi. —

nouv. sér., v.

20
loading ...