Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 21.1899

Page: 221
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1899/0235
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
moïse et les magiciens a la cour du pharaon

221

égyptiens soulève plusieurs questions; d'abord, pourquoi le prince n'est-il pas désigné
par son vrai nom, tel que nous le font connaître les textes égyptiens? On peut proposer
plusieurs hypothèses à ce sujet : la tradition voulait que Moïse fût à la cour de Ramsès II
et de Mer-en-ptah, assurément, dans les scènes cle thaumaturgie décrites aux premiers
chapitres de Y Exode, la légende n'aurait pas manqué à supposer que Moïse et Aaron
avaient eu pour adversaires les plus puissants thaumaturges égyptiens, et qu'il avait été
vaincu par eux1. On peut croire que, vers l'époque grecque ou romaine et, présumable-
ment, à Alexandrie, on aurait cherché dans les écrits égyptiens le nom de celui qui
était le sorcier le plus renommé clu temps où Moïse était censé vivre, et qu'on l'aurait
trouvé, et cela bien des fois, dans les textes démotiques; son nom aurait été écrit

{£L. 1 \*£3 ou ^a ^ec^ure en un Peu difficile; on pouvait le

lire de diverses manières. La façon la plus naturelle ou, pour mieux dire, la plus facile,
est d'attribuer à tous les signes des valeurs alphabétiques2; ce qui aurait donné comme
résultat le nom : « Mambrès ». Ainsi désigné, le prince Ha-m-us, greffé sur la nar-
ration des premiers chapitres de l'Exode, passa, dans la tradition chrétienne, pour
l'adversaire de Moïse.

Il y a une hypothèse qu'il est bon à signaler : peut-être le nom Mambrès, désignant
le prince Ha-m-us, doit-il son origine au fait qu'on ne voulait pas prononcer, avec sa
vraie prononciation, le nom de celui qui, d'après la tradition, était censé avoir été l'ad-
versaire de Moïse; on l'aurait désigné par un pseudonyme Mambrès3, formé sciemment
au moyen d'une lecture alphabétique des signes employés, en démotique, pour écrire
son vrai nom4.

On croit assez généralement que le prince Ha-m-us était mort avant que Mer-en-
ptah^ régnât; peut-être la tradition s'est-elle trompée en mettant en lutte avec Moïse
et Aaron un magicien, déjà mort au temps où il fut censé les combattre. Mais d'une
étude sur cette quesiion il semble ressortir que le prince Ha-m-us, après avoir régné,
vivait encore sous le règne de Mer-en-ptah, et qu'il se serait occupé des fonctions sacer-
dotales et surtout de la magie. Sa momie est, nous le croyons, actuellement au Musée
de Gizéh\

On ne peut pas s'empêcher de remarquer combien est ferme la tradition qui
groupe autour des règnes de Ramsès II et de Mer-en-ptah tout ce qui rapporte aux scènes
décrites aux premiers chapitres de Y Exode, et il est intéressant de le voir en personne,

1. « ... ils jetèrent chacun son bâton et ils devinrent des serpents, mais le bâton d'Aaron avala leurs
bâtons... » {Exode, vu, 12), etc.

2. Excepté les dèterminatifs finals.

3. « ... dans la littérature pseudo-clémentine, « Simon le magicien » est souvent un pseudonyme de saint
Paul. » Renan, Les Apôtres, p. 153. — Pour certains noms ou pseudonymes, voyez mon étude, Le Nil
(Bulletin de l'Institut égyptien, 1892, p. 171).

4. Discours (précité) prononcé au Lane Theological Seminary.

5. Voyez Pierret, Dictionnaire d'Archéologie égyptienne, p. 289, et Lefébure, Rites égyptiens, p. 28; cf.
des observations dans Maspero, Histoire ancienne, 4e édition, p. 255 et note 2.

6. Discours prononcé au Lane Theological Seminary (précité). C'est la momie n° 1196 au Musée de Gizéh,
désignée par la forme pleine du nom; voyez mon étude sur les noms propres, dans la Reçue ègyptologique,
t. V, p. 85 sqq. Voyez des observations dans Virey, Notice des principaux Monuments exposés au Musée de
Gizéh, p. 314, et Maspero, Les Momies royales de Déir el-Bahari (Mémoires de La Mission française, t. I,
p. 568).
loading ...