Revue égyptologique — 4.1885

Page: 106
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1885/0123
License: Free access  - all rights reserved Use / Order

0.5
1 cm
facsimile
106

E. DE ROUGE.

Mariette, la lecture de son mémoire ne fut même pas terminée à l'Académie, et il porta sur
d'autres travaux l'activité de ses recherches. Que de fois, cependant, dans ses épanchements
intimes, il regretta devant moi cette demande qui l'avait arrêté dans un des travaux qui lui
tenaient le plus à cœur : la dernière année de sa vie il me parlait encore du projet de
reprendre cette étude avec une publication complète des monuments du Sérapéum.

Dans ses papiers, je trouvai ce premier mémoire : j'hésitai à le publier alors, non pas
que l'intérêt en fût grandement diminué par des travaux postérieurs, mais parce que dans
ma pensée, il devait servir comme de préface à une publication des inscriptions du Séra-
péum que j'espérais bien entreprendre un jour ou l'autre. Mais lorsque j'appris que Mariette
prenait des dispositions pour faire lui-même cette publication, qui devait figurer au nombre
des travaux scientifiques de la dernière exposition universelle, fidèle aux sentiments qui
avaient guidé mon père, je suspendis mes projets. Cette fois encore les monuments du Séra-
péum ne virent pas le jour, et depuis, Mariette nous fut enlevé par la maladie qui minait
depuis si longtemps sa robuste constitution. Aujourd'hui, ce me semble, cette publication
peut et doit être entreprise. Vous connaissez, cher monsieur et ami, les copies que je possède
de ces monuments précieux, copies exécutées au moment de leur arrivée en France, avant
que l'humidité de notre climat n'en ait altéré les inscriptions : la plupart de ces copies sont
traduites ou étudiées par mon père. Vous avez bien voulu m'offrir votre savant concours
pour compléter la traduction et le classement de ces textes démotiques et me proposer une
combinaison qui permettra d'entreprendre prochainement ce travail et de le mener à bonne
fin : mais je crois que dès maintenant je puis faire profiter les lecteurs de votre Revue de
ce mémoire inédit de mon père : vous y retrouverez cette sûreté de méthode et cette marche
prudente auxquelles nous avait habitués notre commun et regretté maître. Aussi malgré les
trente-deux années qui nous séparent de l'époque où ce mémoire fut écrit, il sera lu, j'espère,
avec quelqu'intérêt : il sera tout au moins, j'ose le dire, un modèle parfait à suivre pour
celui qui voudra continuer l'étude détaillée et comparative des autres monuments du Séra-
péum.

Vicomte Jacques de Rouge.

MÉMOIRE

sur

QUELQUES INSCRIPTIONS TROUVÉES DANS LA SÉPULTURE DES APIS,

par

le Vicomte Emmanuel de Rotjgé.

I.

Les découvertes qui ont récompensé les travaux entrepris par M. Mariette avec un
courage et une intelligence au-dessus de tout éloge sur l'emplacement du Sérapéum de Mem-
phis, ont fait entrer au Louvre un trésor d'inscriptions tracées dans les divers systèmes
d'écriture égyptienne, qui peut fournir pendant bien des années une ample matière aux
recherches des archéologues avant que le sujet soit épuisé. Le Sérapéum doit, sans aucun
loading ...