Revue égyptologique — 6.1891

Page: 46
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1891/0056
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
46

Eugène Revillout.

etc. etc. Le Musée du Louvre contient, pour sa part, un nombre considérable de stèles bilin-
gues. En voici quelques-unes :

N° 1 (C 127).

En haut représentation d'Osiris, ayant Isis derrière lui et devant lui Anubis qui lui
amène un jeune homme (auquel son ami Arabas a dédié cette stèle).
AMEPVC VIOC BHCE(l)TOC ETCJN K . APABAC NVM4>IEC.

/ / / "> ' *) >v e n ^ 5 "5~< »/V7 '^ré 1 c 3

/ //////////y////////// /// ////.////y y / //////// c L CA/i

«Vit son âme! Amerys, dont la mère est Tabès (celle de Bès), mort en l'an (20 de
sa vie) »

N° 2 (C 130).

Keprésentation d'Anubis amenant le mort devant Osiris Horus et Isis Hathor.

(IL !km 3U/ii fx.S^/im^■ M

« Proscynème à Osiris -/entament, dieu grand, seigneur d'Abydos, et à Isis, Horus,
Nephthys, au grand paut (plérome) : Vous lui ferez entendre : Vis en âme divine, Apollonius,
fils de Claudius Postumus! à jamais!»

AnOAACJNlOV VIOV KAAVAIOV nOCTOMOV ETWN KA.

N° 3 (C 128).

Keprésentation analogue aux précédentes, sauf que devant Osiris et Isis se trouvent

o c

deux des quatre génies funéraires et que le dieu qui amène le mort (Anub Petklon de
ne paraît pas être Anubis comme d'ordinaire.

ti sic sic sic

ANOVB APIONTO(C) NOENTIOTOV nETKAUN 90EKIO.

« Priez le roi du monde, qui est Osiris, pour l'âme d'Aneb. »

Notons que, comme nous l'avons remarqué déjà pour les planchettes bilingues, le grec
supprime toujours tous les éléments mystiques, si abondants dans les textes démotiques. En
revanche, nous le voyons par le n° 2 (C 130), il ajoute parfois des éléments biographiques,
l'âge par exemple. Nous constatons souvent aussi, par exemple dans deux inscriptions bilingues
de Nubie déjà publiées par nous, l'addition des formules chères à l'épigraphie grecque, comme

1 La fin de la première ligne et toute la seconde ligne du démotique (contenant sans doute le nom
d'Arabas, le dédicateur de la stèle) nous manquent, sauf quelques traces.

2 Un trait traversant, pour en faire un b, la première lettre (qui autrement serait un t), de pbi, «l'âme»,
a été oublié dans le texte démotique par le graveur, bien que marqué sur notre copie.
loading ...