Revue égyptologique — 6.1891

Page: 93
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1891/0107
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Notes sue les blemmyes.

93

demande, pour cela et pour d'autres recherches analogues, une mission spéciale, faisant suite,
pour ainsi dire, à celle, si fructueuse, que M. de Ronchaud avait confiée à un autre de nos
élèves, M. Cattauj.

Vous vous rappelez que c'est à cette mission de M. Cattaui que nous devons déjà
d'avoir pu interpréter, dans notre cours de l'année dernière, les si précieuses inscriptions de
la dynastie d'Hornextatef, du roi Tererermen, et enfin de Xemi, l'Arbatenkeri d'Isis la
Grande, du temps d'Arcadius, qui eut tant de démarches à faire pour se faire rendre la
statue de sa chère déesse.

(La suite prochainement.)

NOTES SUE LES BLEMMYES.

Les textes relatifs aux Blemmyes se multiplient de plus en plus. Nous avons reçu des
deux jeunes Français qui explorent l'île de Philée des lettres qui en font foi.

La première est de M. Bénédite, notre ancien élève, maintenant attaché au Musée du
Louvre et membre de l'école du Caire. Elle est ainsi conçue :

« Ile de Philas.

« Cher maîtke,

« En examinant les représentations de la chapelle d'Osiris aménagée dans la partie occi-
dentale de la terrasse du grand temple, j'ai remarqué sur la face intérieure d'un des mon-
tants de la porte, gravé en surcharge et faisant contraste par ses dimensions et son exécu-
tion avec les cartouches d'Evergète II et de Cléopâtre, le cartouche suivant :

.Bas

«Il ne me vient que deux pensées : ou bien ce cartouche est un nom moderne facé-
tieusement transcrit en hiéroglyphes et entouré du limbe royal, ce qui me paraît assez peu
probable, ou bien, nous sommes en présence d'un de ces noms blemmyes, dont les inscriptions
démotiques de Phila3 et de Dakké, que vous nous avez fait connaître, nous offrent de cu-
rieux spécimens. L'abondance des liquides -cs>- et Jgss, si le -<2>- doit avoir ici la lecture
r ou l (ce qui ne peut être certain avant que nous ne retrouvions une transcription grecque
ou démotique de ce nom) me rappelle le fameux | ( fp3//^rO •'a grande inscription
démotique de Philse. Ce serait, jusqu'à présent, le seul nom royal méroïte transcrit en hiéro-
glyphe à Phila3.

«Veuillez, etc.»

Ce nom royal, s'il appartient à un roi Blemmye, est fort intéressant. Alors même qu'on
lirait -<s>- i, ce qui donnerait le nom «Ktili», il serait encore d'une forme assez étrange.
Non moins étranges, du reste, sont les noms des princes Blemmyes, cette fois écrits
loading ...