Revue égyptologique — 6.1891

Page: 155
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1891/0197
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Une importante découverte.

155

UNE IMPOKTANTE DÉCOTJVEKTE.

papyrus contenant le célèbre discours inédit d'hypéride contre athénogène.

LECTURE FAITE A L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES LETTRES LE 13 JANVIER

PAR

Eugène Eevillout.

En venant lire ce mémoire à l'Académie, je voudrais faire revivre un instant des morts
aimés. Que ne m'est-il donné de voir de nouveau s'asseoir ici mes maîtres chéris Brunet de
Presle et Miller, avec leur passion pour la science et les découvertes, avec leur amour sans
limite pour l'antiquité classique! Ils seraient aujourd'hui très heureux, et féliciteraient chau-
dement celui qu'ils voulaient bien considérer comme un de leurs meilleurs amis.

J'ai, en effet, la chance inouïe de pouvoir annoncer une nouvelle qui les aurait fait
frissonner d'aise, une découverte que n'osait qu'à peine espérer un autre helléniste vénéré,
M. Egger, quand il disait, dans ses Mémoires d'histoire ancienne, à propos d'un des papyrus
les plus importants qu'il eût publiés, un fragment de discours d'une réelle éloquence :
« Pourrait-on, en conséquence, attribuer ce discours à quelque orateur antérieur aux con-
quêtes romaines? Assurément, je n'oserais remonter si haut, ni croire que notre papyrus
» doive rejoindre les précieux rouleaux dont l'Angleterre s'est naguère enrichie, et qui nous
>ont valu presque trois discours d'Hypéride, d'un rival de Démosthène ! »

Et plus loin :

«Je m'abuse peut-être, et le bonheur que j'ai eu de déchiffrer quelques pages de grec
» inédites me fait illusion à cet égard; mais il me semble que les fouilles de l'Egypte pro-

* duiront plus encore et seront plus applaudies que celles d'Herculanum.......... .

»I1 faut pourtant se hâter; en Egypte surtout, malgré le zèle éclairé du gouvernement actuel
» de ce pays, la destruction des monuments fait de rapides progrès; la cupidité des indi-
gènes, qui a sauvé pour nous tant de trésors, n'est pas toujours clairvoyante et elle a ses
» caprices. Un moment d'inattention ou de négligence peut causer la perte irréparable de
» quelque page qui méritait d'être payée au prix de l'or. Que tous les amis de l'histoire et
»des lettres anciennes unissent donc leurs efforts pour seconder, chacun selon son pouvoir,
» cette moisson arriérée, mais encore féconde, qui renouvelle pour nous la joie des beaux
» jours de la renaissance.»

M. Dehèque s'exprimait en termes d'un égal enthousiasme à propos de la découverte
des papyrus anglais d'Hypéride :

«Par une insigne bonne fortune, qui n'arrive du reste qu'aux érudits qui la méritent,
» M. Babington, etc. »

Eh bien! nous n'avons désormais rien à envier ni à l'Angleterre ni à M. Babington.
Si l'Angleterre, grâce à M. Babington, est fière de posséder plusieurs discours d'Hypéride,
parmi lesquels quelques pages de ses plaidoyers les moins célèbres, la France possède main-
tenant l'un des deux qui étaient considérés par les anciens comme les chefs-d'œuvre de ce
grand orateur au point de vue des affaires du barreau et qu'on citait alors comme supérieurs

20*
loading ...