Revue égyptologique — 6.1891

Page: 90
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1891/0104
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
90

Eugène Revillout.

LEÇON D'OUYEETUEE,

PRONONCÉE A L'ÉCOLE DU LOUVEE, LE LUNDI, 19 DÉCEMBEE 1887.

Messieurs;

Il y a quelques années, en 1882, j'ouvrais, comme aujourd'hui, le cours de l'École du
Louvre. Je vous disais alors :

«Bien qu'étant l'un des plus jeunes professeurs de cette Ecole, par les hasards de
» l'horaire, je me trouve ouvrir les nouveaux cours que M. le Ministre vient d'instituer au
» Louvre sur la proposition de notre éminent directeur, M. de Ronchaud. C'est pour moi un
»bien vif plaisir, puisque je suis l'un des premiers qui aient recommencé d'abord, l'année
» passée, d'une façon libre, cet enseignement des Musées Nationaux. Je dis recommencé. En
» effet, Messieurs, il ne faut pas oublier que le projet de M. de Ronchaud — soutenu aussi
» depuis longtemps par M. Bertrand, de l'Institut, le savant conservateur du Musée de S*
» Germain dont vous entendrez ici les leçons à partir de vendredi prochain — n'est pas
»tout à fait nouveau. Lorsque, le 15 mai 1826, le Musée Egyptien fut établi au Louvre,
» l'ordonnance de fondation spécifiait en même temps que des cours d'égyptien seraient an-
»nexés à ce Musée : et c'est là que notre immortel Champollion inaugura ses fonctions
» d'initiateur, et pour ainsi dire de hiérophante, pendant six ans, de mai 1828 à mai 1834.»

Je vous rappelais ainsi en quelques mots les origines et les débuts de cette école du
Louvre dont Champollion fut le précurseur, et M. de Ronchaud le fondateur et l'infatigable
directeur.

Instituée à deux d'une façon libre, sur la demande réitérée de M. de Ronchaud, cette
école, sa création, se vit reconnaître officiellement l'année suivante, avec quatre professeurs
et six cours. Puis on eut l'adhésion, malheureusement privée d'effet, de M. Ravaisson, de
l'Institut, qui annonça un nouveau cours, celle de M. Heuzey, de l'Institut, qui en fit un
autre. Enfin vinrent successivement nos derniers collègues MM. Lafenestre, Courajod 1 et

molinier. 2

Telle est notre histoire, Messieurs, et vous venez de constater que notre cher directeur,
M. de Ronchaud, y tient la plus large place. C'est lui qui eut l'idée féconde de cette Ecole,3
idée encouragée par plusieurs ministres successifs, éclairés, ainsi que les rapporteurs du
budget, par ses lumineux mémoires officiels. Si vous me demandiez des noms, je pourrais vous
citer d'abord un grand patriote — pendant longtemps, lorsqu'il demeurait rue Bonaparte 45,

1 L'année passée, l'un et l'autre.

2 Cette année.

3 Pratiquement, pour ma part, je donnais déjà depuis plusieurs années, dans mon cabinet, des leçons
régulières et gratuites à des égyptologues, spécialement à des jeunes docteurs des universités étrangères.
Depuis ce temps le nombre, l'assiduité, les succès de mes élèves ont toujours grandi. Pendant la dernière
année scolaire (1887—8), j'ai eu toujours, pour mon cours de droit égyptien, de 40 à 50 élèves ou audi-
teurs, et généralement une vingtaine pour mon cours de démotique. Le cours de copte en comptait encore
de 12 à 14, parmi lesquels M. le professeur Lieblein est venu prendre place pendant le second semestre.
N'oublions pas non plus mes répétitions générales, suivies par tous les élèves de première année, etc. Les
examens relatifs à mes cours pour cette année se sont élevés au nombre de trente cinq, sans compter trois
thèses et sans compter plusieurs élèves remis, pour diverses causes, à la session de novembre.
loading ...