Revue égyptologique — 6.1891

Page: 154
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1891/0196
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
154

Eugène Revillout.

\o\rr-.opo^ SwTst'paç Itou; Seinrépou. » Ou a pensé qu'il s'agissait de la reine Cléopatre; fille de
Philométor et seconde femme d'Evergète II, dont on lit dans le papyrus Casati un protocole
ainsi conçu : BatjtXeuovxwv KXsoTïd-pzq xat IïtoXe^aiou 6eœv «ïnXofrrjTopwv Scot^ptov ëxooç 2v. Mais
cette Cléopatre-là a toujours régné avec un de ses fils : d'abord Soter, puis Alexandre. Quand
elle a commencé à régner ce fut avec Soter, qui, ainsi que le protocole de l'acte Casati suffi-
rait à le prouver, partagea le comput de sa mère; tandis que du temps d'Alexandre, Cléo-
patre garda son comput, différent de quelques années de celui de son fils. S'il s'agissait de
cette reine, l'an 2 serait donc Tan 2 non seulement de Cléopatre, mais de Soter, dont on
devrait trouver le nom associé au sien. De nouveaux documents viennent en effet de prouver
qu'il ne s'agit pas de cette Cléopatre-là dans le serment de Berlin, mais de sa mère, la
veuve de Philométor et la première femme d'Evergète II, qui, au bout de 15 ans du second
règne de ce dernier roi selon Diodore — c'est-à-dire en l'an 40 ou 41 (voir Revue égypto-
logique, IIIe année, n° 1, p. 7 et suiv.) — avait été proclamée à sa place par les Alexandrins
et momentanément reconnue par l'Egypte entière.

Tout ceci, je l'établis longuement, en exposant le système des impôts en Egypte, dans
un mémoire considérable que je viens de rédiger et où je publie de nombreux papyrus grecs
inédits, d'autres documents grecs ou démotiques également inédits, etc.

Mais avant que ce mémoire paraisse — ce qui ne tardera pas — il m'a paru bon d'en
détacher pour les lecteurs de la Revue quelque chose de ce qui touche à ce point d'histoire
intéressant.

Signalons surtout deux documents qui tranchent absolument la question. Le premier
est une lettre administrative inédite datée de Fan 2, comme le serment de Berlin, et qui
mentionne les divers fonctionnaires financiers qui figuraient à Thèbes, c'est-à-dire : 1° le tra-
pézite Héraclide, qui était également trapézite en l'an 40, suivant les papyrus 2, 3, 4, 6, 7
de Wilcken1 portant expressément cette date et le papyrus 1 qui paraît de la même année;
2° le basilicogrammate Héliodore, basilicogrammate en l'an 40 suivant les papyrus 1, 2, 3, 4
de Wilcken; 3° le topogrammate Pchorchonsis, également topogrammate en l'an 40 suivant les
mêmes papyrus 1, 2, 3, 4. Or, d'après les enregistrements, dès l'an 44 un nommé Asclépiade
avait succédé comme trapézite de Thèbes à Héraclide; et il eut pour successeur un nommé
Irénée, etc. Au topogrammate Pchorchonsis avait également succédé à la fin du règne d'Ever-
gète II un nommé Paniont, etc., etc. Il faut donc admettre qu'entre l'an 40 et Tan 44 d'Ever-
gète II (qui régna jusqu'à l'an 54") se placent les années 1 et 2 de la dite Cléopatre. Or le
second document auquel nous faisions allusion tout-à-l'heure vient encore aider à la précision.

11 s'agit de la circulaire administrative sur les finances portant le n° 62 dans la publication
académique. Cette circulaire ordonne d'affermer les impôts d'Oxyrinque; pour une année de

12 mois et 5 épagomènes, de Thot à Mésoré de l'an 1er. D'après le calcul bien connu usité
chez les Lagides, l'an 1er comprenait tout ce qui restait de l'année où était mort le souverain
précédent, et l'an 2 commençait au 1er Thot. Le souverain n'était donc pas mort. Mais on
avait résolu que son comput cesserait seulement à partir de la fin de l'année 40 et qu'au
1er Thot on commencerait le comput du nouveau règne.

1 Je me réfère toujours ici au très beau mémoire de Wilcken sur les papyrus de la banque de Thèbes.
loading ...