Chantre, Ernest
Mission en Cappadoce: 1893 - 1894 — Paris, 1898

Seite: 40
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/chantre1898/0058
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
40

BOGHAZ-KEUI

(Il

par suite des circonstances qui ont été énumérées plus haut, deux fragments qui
étaient restés dans notre petit bagage à main, au moment où nous fûmes bruta-
lement dépouillés à la douane de Mersina, manquent à notre collection. Ils se trouvent,
heureusement, au Musée Impérial Ottoman. Lors de son dernier séjour à Constanti-
nople, le R. P. Scheil a eu soin d'en transcrire le contenu. Il a eu l'obligeance de
me communiquer cette transcription et de m'en donner la description. Cette étude
suivra celle que M. Boissier a faite de l'ensemble des textes recueillis à Boghaz-
Keui et que j'ai été heureux de lui confier1.

J'ajouterai enfin à ces documents les réflexions qu'a suggérées à M. le professeur
Friedrich Delitzsch un fragment de tablette trouvé en 1894 à Boghaz-Keui par
M. le lieutenant Schâffer, quelques jours après notre dernière visite à cette localité.

C'est à la bienveillante obligeance du savant orientaliste de Breslau que je dois la
connaissance cle ces renseignements complémentaires qui viennent confirmer ce que
nous savions déjà sur l'âge probable de nos textes cunéiformes de Pterium.

DESCRIPTION DES TEXTES

La découverte de documents cunéiformes sur une des forteresses de Boghaz-
Keui a provoqué un certain étonnement dans le monde savant. Depuis quelques
années, l'on vend au bazar de Césarée de Cappadoce des tablettes d'argile portant
des inscriptions cunéiformes, qui sont des contrats et remontent à l'établissement
de colons babyloniens en Cappadoce. Il est difficile de dire à quelle époque et à la
suite de quelle conquête vinrent ces nouveaux habitants qui fondèrent des villes.
Ces contrats, qui ont été étudiés avec succès par MM. Golenischeff, Delitzsch,
Sa}?ce, Jensen, sont rédigés dans un dialecte babylonien où se rencontrent quelques
mots étrangers. Ces colons ont peut-être répandu en Asie Mineure l'usage de
l'écriture cunéiforme. Au temps des Amenophis III et IV, la langue babylonienne
était parlée dans plusieurs pays et des peuples non sémitiques comme les Arméniens
et les Mitanniens avaient adopté l'écriture cunéiforme. Depuis un temps immémo-
rial, des rapports commerciaux durent exister entre les peuplades de l'Asie Mineure

Une

' Les premiers résultats de cette étude ont été présentés par M. J. Menant à l'Institut, dans sa séance
du 23 août 1895.

fcu.
loading ...