Chantre, Ernest
Mission en Cappadoce: 1893 - 1894 — Paris, 1898

Page: 45
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/chantre1898/0063
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
TEXTES CUNEIFORMES 45

tous les domaines des connaissances humaines, cette science devint la science univer-
selle; son point de départ était l'observation directe des phénomènes de la nature et
c'est ainsi qu'elle embrasse toutes les sciences naturelles: la botanique, la physique,
la zoologie, l'astronomie, etc. Née à Babylone, la science astrologique ne tarda pas
à se propager dans les pays étrangers et nous la retrouvons en Asie Mineure où
elle devint florissante. Nous no saurions donc nous étonner de cette découverte de
documents astrologiques à Boghaz-Keui.

Telles sont les considérations qui peuvent se dégager de l'étude de ces textes
obscurs; si nous avons hasardé quelques conjectures, nous en reconnaissons
toute la faiblesse. Nous nous bornerons à donner la transcription de ces docu-
ments accompagnés d'un commentaire bref (pi. IV et V).

Parmi les monuments assyro-babyloniens qui ont été déjà signalés en Asie
Mineure, il faut citer de petits cylindres trouvés sur l'emplacement de Troie et qui
dateraient, d'après M. Sayce, du règne du vieux Sargon1. Si nous comparons entre eux
les documents cunéiformes d'Asie Mineure que nous connaissons maintenant, nous
pouvons établir deux groupes 2 : le groupe Cappadocien qui comprend les tablettes
comme celles de Boghaz-Keui qui, par l'écriture, rappellent d'une manière sifrappante
celles d'El Amarna ; le groupe Cilico-Cappadocien qui embrasse les documents prove-
nant du sud de la Cappadoce et de laCilicie. ("'est à ce dernier que nous rattacherons
les tablettes Golénischeff.

TRANSCRIPTION

N° 1

Liste de Villes.

Cette tablette, la plus belle de la collection, renferme une liste de villes. L'écriture
est très nette. Le verso manque presque entièrement ; ony déchiffre avec peine quel-
ques lambeaux de phrases. La longueur est de 6 centimètres 1/2, la largeur de 9 centi-
mètres. M. le professeur Delitzsch a bien voulu m'aider de ses conseils pour l'étude
de ces textes ; c'est lui qui a reconnu que cette tablette renfermait une liste de
villes. J'en ai fait la copie avec le plus grand soin. Aux endroits ou la transcription

1 Ilios, par Schliemann, traduction Egger, p. 904.

2 Nous ne sommes pas renseignés sur l'écriture que portaient les tablettes de Bellérophon. M. Perrot
y voit des hiéroglyphes hétéens, mais le passage de l'Iliade ne semble-t-il pas plutôt faire allusion à
des signes cunéiformes? (v. Histoire de l'Art, par Perrot et Chipiez, t. IV, p. 802).
loading ...