Chantre, Ernest
Mission en Cappadoce: 1893 - 1894 — Paris, 1898

Page: 65
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/chantre1898/0083
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DEDIK

LE TELL D'ORTA-EUYUK

La vallée du Kizil-Irmàk et la plupart des vallées arrosées par ses affluents sont
sillonnées de tertres plus ou moins éloignés les uns des autres et de dimensions
diverses. Leur forme et leur élévation sont aussi très variables, et tous sont plus
élevés que nos tertres funéraires appelés improprement tumulus en Occident. Ce
sont généralement des tells recouverts de débris de poteries pré-helléniques, et faits
de pierres et de terre rapportées recouvrant des amas de briques crues. Tout fait
présumer que ce sont des restes de villages ou de postes militaires. Ils sont éche-
lonnés par séries de trois, quatre, quelquefois sept et plus, et éloignés les uns des
autres d'un à deux kilomètres, suivant la disposition topographique des lieux,
quelquefois moins, comme par exemple, près des confluents des cours d'eau.

L'une de ces séries de tells, les plus importantes de la Cappadoce, est celle de la
vallée du Konak-Sou dans le voisinage du village turc de Declik, à six heures au
sud de Yozgat sur le chemin de Césarée. Elle se compose de sept tertres espacés
de deux en deux kilomètres en aval et en amont du village qui est lui-même,
aux trois quarts, bâti sur l'un d'eux. Dans l'impossibilité d'étudier tous ces
tertres, j'ai porté mes efforts sur le plus important de tous et le plus accessible :
il porte le nom d'Orta-Euyuk (flg. 47 et 49).

HISSIONS EN CAPPADOCE 9

/
loading ...