Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3.1859

Page: 5
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1859_3/0009
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
APPOLLON ET MARSYAS

TAli LE AU

DE RAPHAËL1

Le 2 mars 1850, MM. Christie et Mari son,
chargés de la vente des œuvres d'art que
laissait M. Duroveray, adjugèrent à M. Morris
Moore un tableau qui rappelle la lutte cé-
lèbre d'Apollon et de Marsyas. Attribué par
les experts à Andréa Mantegna, ce tableau,
exposé pendant toute une semaine aux yeux
de l'Angleterre, n'avait presque été regardé
par personne. Est-ce à dire que le nom de
Mantegna sonne mal au milieu des brouil-
lards britanniques? Nullement: c'est qu'au
contraire le destin y a placé quelques-uns
des plus rares chefs-d'œuvre du peintre
padouan, et que des yeux habitués à admi-
& rer les Triomphes de César; à Hampton
Court, le Christ au Jardin, chez M. Baring, et la Continence de Seipion.
chez M. George Vivian, ne pouvaient reconnaître Mantegna dans le tableau
$ Apollon et Marsyas. A cette vente même, on voyait un petit tableau
qui affichait hautement la manière de Mantegna 2, et en examinant com-
parativement ces deux œuvres, il était vraiment impossible d'y reconnaître
rien d'identique. Le public, appelé à juger et à payer, fut donc désorienté

1. Ce tableau, dont la hauteur est de 0,392 et la largeur de 0,292, appartient à
M. Morris Moore.

2. Ce tableau, qui représente le Noli me tangere, fut acquis à la vente de M. Duro-
veraj par un de nos amateurs français les plus distingués, .M. Beaucousin.
loading ...