Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 1.1869

Page: 269
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1869_1/0284
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LETTRE A M. MÉRIMÉE

A PIIOPOS Dli QUELQUES MONUMENTS INÉDITS

DE LA CARICATURE ANTIQUE

Nk pensez-vous pas, Monsieur, qu’il
est prudent au chercheur de ne pas
creuser trop longtemps une question
s’il veut être suivi par le public? Une
édition « considérablement augmentée »
est celle qui devrait contenir le moins
de matières; aussi ne reviendrais-je
pas pour la troisième fois sur le cha-
pitre des origines de la Caricature, si
quelques monuments inédits, joints à
des renseignements tirés des historiens,
ne venaient consolider le clou auquel
sont attachées les preuves de l’art plaisant, satirique et grotesque dans
l’antiquité.

« Pendant sa questure à Rome, Cicéron, dit Plutarque, fit aux dieux
l’offrande d’un vase d’argent, sur lequel il fit graver ses deux premiers
noms, Marcus Tullius ; mais à la place du troisième, il commanda à l’ar-
tiste, par plaisanterie, de graver un pois chiche. Voilà ce qu’on rapporte
à propos de son nom. »

Ce passage a étonné le traducteur qui ajoute en note : « Cette pué-
rile anecdote n’a probablement rien d’authentique *. »

La note est courte ; elle n’a que sept mots. On pourrait en retrancher
cinq à la décharge de Plutarque, car, de P historien et du traducteur,
le plus puéril des deux n’est pas celui qu’on pense. Un tel rébus est 4

4. Vie des hommes illustres de Plutarque, trart. par Alexis Pierron. 4 vol. in-18.
Charpentier, 1844.
loading ...