Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 12.1875

Page: 510
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1875_2a/0528
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

modestes laboureurs. Jusqu'à l'âge de quatorze ans, Goya vécut près
d'eux.

Sou frère aîné, Thomas, qui avait appris et qui exerçait encore le
métier de doreur lui enseigna peut-être quelques principes de barbouil-
lage, car il est constant que Goya à peine adolescent décora d'une fres-
que la chapelle des Reliques de l'église paroissiale : hâtons-nous cepen-
dant d'ajouter que cette décoration se bornait à reproduire en trompe-
l'œil un superbe rideau aux amples plis. Mais, audace plus grave, Goya
peignit, et à l'huile cette fois, sur les portes du tabernacle, l'apparition
de la Vierge ciel Pilar. A cinquante ans de distance, le premier peintre
du Roi, visitant son bourg natal, retrouva intacts ces premiers et timi-
des essais: or, son impression, toute spontanée d'ailleurs, se traduisit
par une énergique déclaration en désaveu de paternité.

Toujours est-il que les précoces dispositions de Goya parurent à sa
famille suffisamment encourageantes pour qu'elle décidât de l'envoyer
à Saragosse où il fut reçu comme élève par le peintre Lujan Martinez.
Disciple du Napolitain Mastroleo ; ami de Solimène, dont il rappelle la
manière et les colorations légères, Lujan, peintre du Roi, depuis le règne
de Philippe V, Revisor, pour la peinture, de la Sainte Inquisition, s'était
acquis dans toute la province d'Aragon une certaine célébrité. Plein
d'amour pour les choses de son art, Lujan avait établi, et dirigeait lui-
même à Saragosse, une académie de dessin d'où sont sortis sucessive-
ulent : Reraton, Vallespin, le sculpteur Adan, l'orfèvre Antonio Martinez
et Francisco Rayeu de Subias que Raphaël Mengs devait bientôt prendre
pour collaborateur et pousser rapidement aux plus brillantes dignités
officielles. C'est donc à râtelier de Lujan que s'est formé Goya et Lujan
ne dut pas être pour lui un maître tyrannique ou inintelligent puisqu'il
sut respecter dans son élève ses dons innés tout en modérant sa fougue
déjà exubérante.

Goya passa cinq à six ans à l'atelier de Lujan, puis il partit pour
Madrid où l'appelait son ami Rayeu chargé déjà par Mengs d'importants
travaux de décoration au Palais. Ce premier séjour à Madrid fut de
courte durée; obéissant peut-être aux conseils de Mengs, Goya, résolut

timement maries, habitants de cette paroisse et résidents de Saragosse : il a reçu pour
noms Franciso Joseph Goya; sa marraine a été Francisca Grasa, de cette paroisse;
je lui ai observé que la parenté spirituelle, contractée par le baptême, lui imposait
l'obligation d'enseigner à l'enfant, à défaut de ses parents, la doctrine chrétienne; en
foi de quoi j'ai dressé le présent acte, signé par moi à Fuendetodos, jour, mois ci
année que dessus.

« Signé : Licencié, ih Ximeno. »
loading ...