Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 22.1880

Seite: 71
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_2/0081
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION RÉTROSPECTIVE DE TURIN

L'heure est propice aux expositions
rétrospectives. La mode, le goût du pu-
blic, le bon vouloir des amateurs, l'ému-
lation des villes les font surgir de toutes
parts. Cette année, c'est Turin, c'est
Dusseldorf, Bruxelles, Le Mans, sans
compter Paris, qui nous invitent. Pro-
fitons de l'aubaine. Que de richesses
ignorées viennent ainsi au jour, qui
de longtemps ne reparaîtront plus ! 11
n'est si minime, si humble exposition
qui ne soit l'occasion d'enseignements
imprévus.

L'Exposition de Turin m'a attiré par
la seule raison qu'elle était en Italie.
Elle m'a largement payé des ennuis
d'une route de vingt-deux heures. Elle
m'a fait voir la quatrième exposition ita-
lienne des beaux-arts, qui a été ouverte
en môme temps et qui, dès le premier
jour, a été consacrée par un grand succès
national. Succès mérité, si l'on compare cette exposition à celles de
Milan et de Naples, où Part moderne italien ne s'était pas affirmé avec
cette énergie. On dit ici que l'exposition de Turin est une revanche de
la défaite relative de Paris en 1878. Pour la peinture, du moins, cela
loading ...