Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 22.1880

Page: 551
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_2/0593
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RAPHAËL

SA VIE, SON ŒUVRE ET SON TEMPS, PAR EUGÈNE MUNTZ

LIBRAIRIE HACHETTE. 1881

'il est un écrivain, en France, bien placé pour écrire une his-
toire de Raphaël, c'est à coup sûr M. Mùntz. Je n'ai pas à ap-
prendre aux lecteurs de la Gazette que, depuis longtemps déjà,
le savant bibliothécaire de l'École des Beaux-Arts fait autorité en

toutes matières d'art comprises entre les xve et xvie siècles, et plus par-
ticulièrement celles qui ont trait à l'histoire de la Renaissance italienne.
Il ne lui a fallu rien moins qu'un labeur incessant de plusieurs années
à travers les archives petites et grandes de l'Italie, labeur éclairé et dis-
cipliné par une sagacité d'esprit toute particulière, pour conquérir ses
grades d'historien sur qui et avec qui l'on compte. Quoique tout jeune
encore, M. Mùntz a eu, du reste, la satisfaction de retirer de ses études
les fruits que les vrais savants estiment au-dessus de toute récompense,
c'est-à-dire une moisson abondante de faits nouveaux mis en lumière,
d'énigmes déchiffrées ou d'erreurs redressées.

Le temps n'est plus où l'on acceptait comme article de foi toutes les
assertions de Vasari et des historiens qui l'ont répété : l'esprit scientifi-
que du jour a des exigences auxquelles il faut absolument donner satis-
faction. Dès qu'on touche à l'histoire, dans un ouvrage d'apparence
sérieuse, les lecteurs se tiennent sur la réserve; si l'auteur a quelque
vérité nouvelle à dire ou quelque hérésie à combattre, il ne saurait s'en-
tourer de trop de précautions pour dissiper la méfiance instinctive qui
loading ...