Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 22.1880

Seite: 139
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_2/0153
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
EUGÈNE FROMENTIN

PEINTRE ET ÉCRIVAIN

(septième article1)

VII

Nous sautons maintenant à l'année 1862,
et nous arrivons au roman de Dominique,
paru cette armée même clans la Revue des
Deux Mondes. Je n'insisterai pas sur cette
œuvre dont les très fines et très brillantes
qualités ne sauraient effacer l'inexpérience
initiale. Sainte-Beuve en a fait, avec sa maî-
trise ordinaire, une étude qui ne laisse plus
rien à dire. Le roman de Fromentin l'avait
pris par ses côtés d'observation si délicats,
par ses couleurs modérées et toutes fran-
çoises, par la simplicité sans péripéties de
son action, laissant à l'étude des caractères,
creusée avec la dernière finesse, tout son
relief. « Dominique, dit-il, c'est l'histoire
de l'enfance, des premiers sentiments et
de la jeunesse du personnage qui porte ce
nom ; lui-même raconte à un ami cette his-
toire toute simple, tout intérieure, en partie délicieuse, en partie doulou-
reuse, et lui fait de vive voix sa confession. » j'ajouterai que le cadre,
emprunté aux environs de La Rochelle, et la plupart des sentiments appar-
tiennent à la vie de l'auteur lui-même et dans bien des points de carac-
tère ont l'intérêt d'une autobiographie. Fromentin y met en œuvre tous ses
dons d'analyse, toutes ses ressources de peintre. Les morceaux exquis abon-

\. Voir Gazelle des Beaux-Arts, %e période, t, XVII, p. 401, t. XVIII, p. 84,
t. XIX, p. 240, t. XX, p. 281, et t. XXI, p. 50, 464.
loading ...