Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 5. Pér. 12.1925

Page: 141
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1925_2/0161
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A CORDOUE ET A TOLÈDE

I

| ans l’extraordinaire amas de constructions que

désormais en pleine possession de ses moyens et parvenu à son apogée.

La première construction entreprise par Abd-er-Rahman Ier1 comptait
onze nefs, profondes chacune de douze travées; et dès le règne d’Abd-er-
Rahman II1 2 3, ces onze nefs primitives avaient été prolongées de huit travées
en profondeur. L’art musulman n’en ôtait encore en Espagne qu’à ses
débuts, et, suivant l’habitude de l’époque, on avait emprunté aux monuments
les plus divers les nombreuses colonnes qu’il fallait réunir pour édifier ce
vaste temple. Mais la nécessité même où l’on se trouvait d’utiliser les
colonnes ainsi pillées, tout en donnant à la construction une hau-
teur suffisante, avait fait inventer à l’architecte d’Abd-er-Rahman Ier le
système ingénieux de doubles arcs superposés dont l’indéfinie répétition

les siècles et les religions ont accumulé à la
Grande Mosquée de Cordoue et qui constitue la
cathédrale actuelle, il n’est pas sans intérêt de
considérer comme une œuvre spéciale la partie
qui fut élevée de 961 à 967 par le Calife Al-
Hakein IL Celle-ci forme, en effet, à elle seule,
comme une mosquée complète ; et tandis que les
parties les plus anciennes étaient les productions
d’artistes encore inexpérimentés à certains
égards, cette œuvre du xe siècle est celle d’un art

1. 785-796.

2. 833-848.

XII. — 5e PÉRIODE.

18
loading ...