Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 5. Pér. 12.1925

Page: 337
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1925_2/0369
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RUINES DU CHATEAU DE B UH Y

(Loir-et-Cher.)

LE CH ATE AU DE BU RY

ET L ARCHITECTE I.

F R A GIOCONRO

I. — FR A GIOCONDO EN FRANCE

On sait la part capitale qu’a eue l’influence de l'arl italien dans cette
immense transformation de l’art français que fut la Renaissance. Cela
montre assez l’intérêt de connaître le rôle joué en cette affaire par les
artistes italiens venus en France et notamment par ceux de la première heure
que Charles VIII avait ramenés de Naples lors de la première expédition d’Italie
de 1494-1495, qui marque réellement le commencement de ce grand mouvement.

Ils étaient vingt-deux « ouvriers et gens de mestier venus du royaume de
Cicille pour ouvrer de leur mestier à l’usaige et mode d’Itallye », mais qui
d’ailleurs n’étaient point tous originaires de la région napolitaine pour s’y
être trouvés rassemblés par la grande prospérité artistique qui régnait à
Naples depuis une dizaine d’années lors de l’éphémère conquête de Char-
les VIII. C’était une réunion fort hétéroclite, où se rencontraient pêle-mêle
le « more qui garde les papegaulx » et F « inventeur à faire couver et naistre
poulletz », les « faiseurs de hardes » et d’ « habillemens de dames à l’ytal-
lienne », un « ouvrier de broderies », un parfumeur, un facteur d’orgues
loading ...