Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 5. Pér. 12.1925

Page: 73
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1925_2/0085
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A PROPOS DE L’EXPOSITION DU PETIT PALAIS

près une exposition aussi instructive et aussi remar-
quable que celle dont Henry Lapauze avait pris l'heu-
reuse initiative et dont la réalisation, commencée par
lui, fut menée à bien par MM. Camille Gronkowski et
Adrien Faucliier-Magnan, n'est-il pas à désirer que, sur
les points les plus importants de l'histoire du paysage
français pendant deux siècles ainsi que sur les grands
peintres dont les œuvres, venues de France ou d’ail-
leurs, se trouvèrent pour un temps rassemblées, les érudits, chacun dans sa
spécialité, enregistrent les gains acquis pour nos connaissances?

Dans les galeries du Petit Palais, un des plus beaux lieux de méditation et
de délectation était la salle où la majesté tour à tour héroïque et familière
de Poussin brillait à côté de la poésie instinctive de Claude. Ce fut même
pour les organisateurs de l’exposition une agréable surprise que de voir
le public le plus mondain, au lieu de courir tout de suite à ces
maîtres ou petits maîtres du xviii® siècle qui, jusqu’ici, passaient pour être
seuls dignes d’entrer dans la maison d’un collectionneur à la mode,
s’arrêter respectueusement devant des œuvres dont il n’eùt naguère proclamé
la classique beauté qu’afin d’être plus tôt dispensé de les regarder. Plus
d’un de ces visiteurs, je crois, a compris que, malgré l’apparence et en dépit
de préjugés assez anciens contre le paysage historique, il y a un sentiment
de la nature plus grand, plus profond et, disons-le, plus de vérité dans
les compositions mythologiques de Poussin et dans les idylles lumineuses de
Claude que dans les décors aimables, pittoresques ou galants de cet Hubert
Robert qui fut pourtant un peintre charmant et même un très bon
paysagiste.

XII. — 5e PÉRIODE.

10
loading ...